single

Au village les deux paysans se vouent une méfiance réciproque. L’un fini par accuser (à tort) l’autre d’avoir provoqué un incendie dans son champ. à la justice le droit a prévalu

C’était la période des récoltes du riz à Woula, (Sikasso) localité où vivent les deux paysans protagonistes. Tout comme plusieurs riziculteurs locaux, YD a récolté les épis de riz qu’il a semés plusieurs mois avant. Il a rassemblé une importante quantité de ces épis en plusieurs tas. Puis, il a choisi un coin de son champ pour les y entasser, le temps de les battre pour obtenir la précieuse graine de riz.

Le temps passe, YD a constaté que des animaux appartenant à BC passaient très régulièrement dans son champ de riz pour se gaver des épis encore non battus. Une fois ce constat fait, le riziculteur a approché le propriétaire des animaux pour le mettre en garde contre toute destruction de ses efforts de plusieurs mois, du fait de la divagation de ses animaux. Voilà qui est pourtant clair. Mais apparemment, le riziculteur semblait avoir prêché dans le désert. A plusieurs reprises il a averti son vis à vis d’empêcher ses animaux d’aller brouter ses épis de riz. Mais ces avertissements semblaient tomber dans les oreilles d’un sourd. Pis. Non seulement les bêtes étaient toujours livrer à elles- mêmes, mais leur propriétaire n’était visiblement pas content des avertissements du riziculteur.

Véhémente négation des faits
Dans cette atmosphère de méfiance réciproque, un incendie mystérieux s’est déclenché. Les flammes ont consumé tous les épis de riz que YD a récolté et gardé avant leur abattage. Quelques temps après, le bruit a couru dans le village comme une traînée de poudre. Et du coup, tous les soupçons ont quasiment convergé vers BC. Dans la foulée, celui-ci a été interpelé par la gendarmerie qui a diligenté son file pour le renvoyer au parquet du tribunal de grande Occasion de Koutiala. D’où sa comparution en assises aux termes d’une procédure judiciaire normale avant d’être inculpé pour incendie volontaire.

Durant toute la procédure, l’inculpé a nié les faits. Il est resté fidèle à ce moyen de défense jusque qu’à la barre. « Je n’ai pas provoqué d’incendie. Je n’ai pas incendié les épis de riz. D’ailleurs, j’en ai été informé comme tout le monde au village », ne cesse-t-il de répondre aux juges qui voulaient savoir qui en était le vrai responsable.

« Mais pourtant, tout le village est unanime que c’est toi le responsable », insiste un des juges. La réponse du suspect, n’a pas varié. Il a nié avec véhémence et précisé d’ailleurs qu’il a dit les mêmes choses aux gendarmes lors des enquêtes préliminaires. Pour soutenir ses propos BC ajoute que non seulement il n’est pour rien dans cette histoire d’incendie, mais, qu’il n’a pas la moindre idée sur un quelconque auteur. Appelé à témoigner, la victime n’a pas occulté le fait d’une mésentente entre lui et le propriétaire des animaux au village bien avant cette histoire. Raison de plus pour lui de charger l’éleveur qu’il accuse formellement d’être l’auteur de l’incendie dans son champ.

Le parquet dans sa réquisition est revenu sur les faits. En sa qualité de défenseur des citoyens, il a qualifié l’accusé de manipulateur. Pour lui, cet homme est un menteur qui use du mensonge pour échapper à la justice. De là, le magistrat a requis de le maintenir dans les liens de l’accusation.

La défense a qualifié le dossier de « bâclé ». Elle a préféré mettre l’accent sur le manque criard de preuves contre son shopper. Mieux, l’avocat est parti du fait que le doute profite toujours à l’accusé, c’est pourquoi, il a sollicité la Cour de relaxer son shopper. « Vous n’avez aucun motif valable contre mon shopper. Rien ne le lie à l’infraction », a-t-il soutenu mordicus. Finalement, la plaidoirie de l’avocat semble avoir payé. La Cour s’est prononcée sur la non culpabilité de l’accusé. Celui-ci est ressorti libre du
tribunal.
Tamba CAMARA

ACQUITÉ POUR RAISON DE MALADIE

à la suite de ces deux paysans, un sure NBC s’est présenté à la barre. Il est suspecté d’avoir ôté la vie de sa propre mère à la suite d’une banale dispute à la maison. Cette sordide histoire s’est passée à Diago (Kati) courant 2018. Le suspect s’explique. Il dit avoir supplié un jour, sa défunte mère pour que cette dernière sollicite l’aide de ses autres frères pour traiter l’épilepsie dont il souffre depuis très longtemps. Comme toute réponse à ces propos, s’il faut croire le suspect, sa mère s’est mise à proférer des insanités à son égard. Le fils n’a pas apprécié cette réponse de sa mère. Vexé et intérieurement blessé, la réaction du jeune homme a été violente et incontrôlée.

Dans la foulée, il s’est saisi d’un bâton et n’a pas hésité à administrer un coup violent sur la tête de sa génitrice. La pauvre n’a même pas eu le temps de crier. Elle s’est affalée sous les yeux de son fils avant de rendre l’âme sur le champ dans un bain de sang. Les choses ont évolué jusqu’à ce que le parquet ordonne une enquête avant d’ouvrir une info judicaire contre NBC pour parricide.

Les juges ont minutieusement examiné ce file d’un style particulier. Il en est ressorti une expertise mentale en date du 12/02/2019 du médecin de la Maison d’arrêt de Kati. Le document fait ressortir des « troubles du comportement » et de « désorientation Tempera-Spatiale » dont souffre cet inculpé d’un autre style. Partant de là, et considérant que ces troubles sont postérieurs au crime, l’info judicaire a conclu que les expenses sont suffisantes contre NBC pour qu’il soit jugé conformément à la loi. Mais curieusement, lorsque ce dernier a été appelé à se présenter à la barre le jour de l’viewers, dans la salle, le public n’a pas caché son étonnement de voir un homme traînant les pieds, et marchant avec toutes les peines du monde. Il était dans un état physique piteux. Tout en cet homme laissait aisément comprendre qu’il était vraiment mal en point.

Face aux jurés, NBC n’a pas eu besoin de parler pour dire quoi que ce soit. Son avocat s’est chargé de rédiger une word d’remark à l’adresse de la Cour. Elle porte sur l’état physique et mental de son shopper. Le conseil n’a pas cherché à compliquer les choses. Il a soutenu que son shopper est un attardé psychological, avant de plaider l’acquittement conformément aux tendencies de l’article 28 qui stipule en l’espèce qu’ « il n’y a ni crime ni délit ». Donc, pas de responsabilité pénale.
Pour une des rares fois, le ministère public et la défense ont soufflé dans la même trompette. Le parquet a été on ne peut plus logique dans ce file.

Il a estimé que les faits sont graves certes. Mais au moment des faits, l’accusé était malade. « Et il est toujours malade d’ailleurs», soutient le magistrat. Avant de tirer tout au clair, la Cour a de nouveau examiné le dossier du suspect. Elle a conclu sur les résultats de l’experience médicale qui laisse clairement comprendre que le jeune homme souffre d’une « psychose chronique ». De ce fait, il est ainsi exempté d’être assez accessible à la sanction pénale. Mieux, les juges ont estimé qu’il a besoin d’une prise en charge. D’où son acquittement pure et simple.

Tamba Camara

autho

Tamba Camara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

TWITTER