single

La Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) exprime sa très vive préoccupation face aux allégations de violations et d’abus des droits de l’Homme relative à l’attaque, le dimanche 3 janvier courant, du village de Bounti, Cercle de Douentza, Région de Mopti, s’étant soldés par de nombreuses pertes en vies humaines.
La CNDH s’incline pieusement devant la mémoire des victimes décédées et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Aussi, sur le fondement des instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux, notamment la Loi fondamentale et la Charte de Transition du Mali, de la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples, de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques tous incriminant l’atteinte aux droits à la vie, à l’intégrité physique, à la sécurité, l’institution nationale des droits de l’Homme condamne avec fermeté les violations et abus des droits de l’Homme perpétrés ; recommande l’ouverture d’enquêtes crédibles, indépendantes, impartiales et diligentes en vue d’identifier les auteurs et complices des violations et abus dénoncés.

Elle appelle à rendre publics les résultats desdites investigations ; réitère son appel pressant au gouvernement à assumer ses responsabilités dans la protection des personnes et de leurs

biens sur l’ensemble du territoire national. Elle invite également lesFAMa et les encourage à lutter contre le terrorisme dans le strict respect du droit international des droits de l’Homme et du droit

international humanitaire ; demande à l’État de lutter efficacement contre l’impunité sous toutes ses formes. Pour la CNDH, la protection des droits de l’Homme est une responsabilité partagée.

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Sikasso: sos pour le Tata

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER