single

Dans le cadre de la préparation de la campagne 2021-2022, le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, Mohamed Ould Mahmoud, a visité mardi le Centre d’apprentissage agricole de Samanko (CAA), l’Antenne du service semencier national, l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (Icrisat), la société Mali-Tracteurs-SA et le Centre d’étude d’expérimentation du machinisme agricole (Ceema). Objectif : s’imprégner de leurs conditions de fonctionnement et leurs difficultés.

Au Centre d’apprentissage agricole de Samanko (CAA), le ministre a visité les installations pédagogiques et le périmètre maraicher. Après avoir présenté sa structure, le directeur du CAA, Yaya Coulibaly, a déploré les effectifs pléthoriques dans les classes et l’insuffisance de matériels pédagogiques et de la connexion Internet.
Mohamed Ould Mahmoud a ensuite mis le cap sur l’Icrisat, où il a suivi une présentation sur les activités de cette structure qui fait de la recherche agricole pour le développement en faveur des zones en Asie et en Afrique subsaharienne. à ce titre, l’Institut aide les habitants à surmonter la pauvreté, la faim, la malnutrition et la dégradation de l’environnement, grâce à une agriculture meilleure et plus résiliente.

Icrisat mène des activités de recherche pour mettre au point des technologies améliorées en vue d’accroître la productivité agricole du sorgho, du mil et de l’arachide. Son directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr Ramadjita Tabo, a sollicité l’appui financier du gouvernement malien pour la réalisation de ces projets.
«Ma présence témoigne la solidarité du gouvernement à l’égard de l’Icrisat, pour les efforts que vous fournissez en termes de recherche et son applicabilité, sa pertinence et la valeur ajoutée de cette recherche au niveau national, sous régional et mondial», a dit le ministre Mohamed Ould Mahmoud.

Au périmètre maraîcher de Samanko, le ministre a été témoin des difficultés auxquelles sont confrontées les sociétés coopératives des exploitants des parcelles aménagées. «Le bras du fleuve qui reçoit la station de pompage est au dessus du niveau du lit du fleuve. à partir de janvier déjà, il est difficile d’avoir de l’eau. Les producteurs ont pu développer des techniques de résiliences pour pouvoir maintenir l’activité», a souligné leur porte-parole. «Nous avons un cahier de charges avec ces maraîchers. Nous allons forcement leur apporter de l’eau», a promis le ministre Mohamed Ould Mahmoud, en réponse aux doléances exprimées par ses interlocuteurs.

à la Société d’assemblage de tracteurs S.A (Mali-Tracteurs, ndlr), fruit de la coopération entre le Mali et l’Inde à travers le partenariat stratégique Angélique international Ltd, la délégation ministérielle a été reçue par le directeur général, Anil Kumar Bansal et son personnel.
Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche a visité les installations de cette usine qui produit 8 à 12 tracteurs par jour et dont la mission est de piloter la mécanisation agricole au Mali et fournir des agroéquipements à des prix abordables.
Au Ceema, dernière étape du périple, la délégation ministérielle a visité l’atelier de prototype pour la fabrication des outils agricoles, des infrastructures pour la formation et de stockage.

Amadou GUÉGUÉRÉ

autho

Amadou Guéguéré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

TWITTER