single

Le centre a atteint 96% de l’objectif fixe

Le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a tenu, hier, dans ses locaux, la 32è session ordinaire de son conseil d’administration.
La réunion était présidée par le conseiller technique du ministre de la Santé et du Développement social, Sékou Oumar Dembélé, en présence du directeur général de l’établissement, Dr Amadou B. Diarra.
Le projet de budget 2021 du Centre est équilibré en recettes et en dépenses à environ un milliard de Fcfa contre près 902 millions de Fcfa en 2020, soit une augmentation de 13%. Ce budget repose sur la subvention de l’Etat qui s’élève à environ 899 millions de Fcfa, soit 88%. Les 12% (près de 120 millions de Fcfa) qui restent proviennent des ressources propres.

D’après le directeur général du CNTS, le taux de mobilisation des ressources et d’exécution des dépenses au titre de l’exercice 2020 de la structure est satisfaisant malgré la situation difficile que l’établissement a connue. En effet, le CNTS et certains sites de prélèvement ont collecté 83.323 poches de sang, dont 56.697 à Bamako, soit 96% de l’objectif fixé en 2020.
Amadou B. Diarra a aussi souligné que les activités de l’exercice 2021 seront axées sur l’intensification de la sensibilisation et la mobilisation en faveur du don de sang volontaire et bénévole, sur les missions de collecte de sang et de supervision mais aussi l’organisation de session de formation.
Bien qu’encourageants, le patron du CNTS a estimé que ces résultats ne permettent pas à sa structure de jouer pleinement sa mission de coordination des activités transfusionnelles au niveau national.

En effet, la Politique nationale de transfusion sanguine n’a pas connue un début d’exécution dans beaucoup de domaines du fait de l’insuffisance des ressources et des partenaires techniques et financiers. «Toute chose qui freine nos ambitions», a regretté le directeur général.
Quant au conseiller technique du ministre de la Santé et du Développement social, il a relevé que le sang est vital parce que la prise en charge des patients ne peut se concevoir sans possibilité de transfusion sanguine.
à en croire Sékou Oumar Dembélé, le sang est essentiel dans la prise en charge des malades en nécessité de transfusion sanguine dans nos services de santé.
«Les résultats engrangés au cours de l’exercice 2020, malgré le contexte particulièrement difficile, montrent à suffisance le rôle combien prépondérant du Centre dans notre système de santé», s’est-il réjoui.

Maïmouna SOW

autho

Maïmouna Sow

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

TWITTER