single
La conférence de haut niveau pour la «Mobilisation des compétences de la diaspora pour l’emploi au Mali» se tiendra à Bamako les 15 et 16 février prochain. Le secrétaire général du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Drissa Guindo, l’a annoncé mercredi lors d’un point de presse qu’il a co-animé avec le point focal dudit programme, Mahamadou Cissé et la secrétaire générale du ministère des Maliens de l’extérieure et de l’Intégration africaine, Dr Tangara Nema Guindo.

Cette rencontre est initiée par le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle en collaboration avec le ministère en charge des Maliens de l’extérieure et le système des Nations unies. En unissant leurs forces, les initiateurs entendent mobiliser les ressources financières et techniques nécessaires à la mise en œuvre du Programme «Mobilisation des compétences de la diaspora pour l’emploi au Mali».

Il s’agit-là, pour ce faire, d’impliquer la diaspora à la réalisation d’études diagnostiques approfondies sur les défis et besoins en matière de formation professionnelle, à l’élaboration des orientations stratégiques du Programme, à sa validation et sa mise en œuvre. Cela en utilisant les langues nationales comme moyen de partage et de véhicule du savoir. Ce qui permettra de garantir l’accès des Maliens des campagnes, majoritairement analphabètes, aux formations dispensées. Le but est d’arriver à réduire la pauvreté endémique qui touche notamment les couches les plus vulnérables des zones urbaines et des campagnes.

Et la diaspora représente l’un des meilleurs atouts pour notre pays. Les Maliens vivant hors de nos frontières étaient estimés à 6 millions en 2006. La Banque mondiale classe le Mali à la 10è place des pays africains ayant reçu le plus d’argent de leurs diasporas en 2017. Cette année-là, les Maliens de l’extérieur ont injecté plus de 538 milliards de Fcfa dans l’économique nationale, au moyen des transferts d’argent aux proches ou en finançant des projets sociaux communautaires, par les canaux officiels. Toutefois, les deux tiers de ces fonds transitent par des canaux informels, selon une étude de la Banque africaine de développement (BAD).

À cet égard, le gouvernement souhaite faire de sa diaspora un des piliers du développement social et économique du pays, en mettant en place cette initiative innovante à impact rapide. Elle permettra, selon la secrétaire générale du ministère des Maliens de l’extérieure et de l’Intégration africaine, le transfert des compétences et de l’expertise de notre diaspora dans tous les domaines, dans le but de répondre aux besoins de formation et d’employabilité des jeunes filles et garçons. «Pour ce programme, nous nous intéresserons à l’apport technique et intellectuel de la diaspora. Nous allons nous inspirer de la réussite du programme Tokten», a souligné Dr Tangara Nema Guindo.

Transfer of knowledge through expatriate nationals, ou Transfert des connaissances à travers les nationaux expatriés, le Tokten vise à permettre au Mali de disposer des compétences nationales expatriées en mesure de contribuer au développement économique et social du pays dans les secteurs stratégiques nationaux : l’enseignement supérieur, l’agriculture, la santé et les PME/PMI. Il est placé sous la tutelle du ministère des Maliens de l’extérieur.

Ce nouveau programme en gestation permet ainsi de cadrer la diaspora pour la rendre davantage productive, a précisé son point focal. Pour ce faire, «nous avons organisé trois ateliers sur comment identifier les compétences de la diaspora. Quelles sont les modalités à mettre en œuvre pour mobiliser ses compétences et comment mettre en pratique ces compétences mobilisées», a rappelé le Mahamadou Cissé, comptant sur le soutien des partenaires pour la mise en œuvre du Programme.

Amadou GUÉGUÉRÉ

autho

Amadou Guéguéré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER