single

L’hôpital de Kati a acquis des équipements de dernière génération lui permettant d’améliorer la prise en charge des malades

On sait que le Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Kati avait été profilé comme un hôpital à vocation traumatologique et orthopédique. L’établissement a même bâti sa réputation sur les prouesses réalisées dans ces disciplines. Rester sur cette image aujourd’hui, c’est avoir une vision réductrice de la large palette de soins qu’offre cet établissement hospitalier qui porte le nom d’un émérite chirurgien traumatologue orthopédique, Pr Bocar Sidy Sall. L’établissement a tenu, jeudi dernier, la 45è session de son conseil d’administration dans ses propres installations. La session était présidée par le président du conseil d’administration, Abdoul Wahab Diakité, en présence du directeur général de l’hôpital, Dr Almoustapha Ouattara et de son adjoint Dr Ousmane Touré. Les administrateurs ont examiné et adopté les différents documents soumis à leur appréciation, notamment le rapport d’activités et celui d’exécution du budget de l’année 2020 et le projet de budget de l’exercice 2021.

Depuis des lustres (en tout cas depuis les deux dernières décennies), la quête de qualité sous-tend les actions des administrations hospitalières qui se sont succédées à l’hôpital de Kati. Toutes ont fait montre de cette volonté de répondre aux exigences d’un établissement de 3è référence en vue de la satisfaction entière des malades et autres usagers. La direction générale actuelle reste aussi dans cette ligne de conduite et entend maintenir le cap sur les soins de qualité. La preuve, c’est qu’il est classé 3è lors de l’évaluation de la performance des hôpitaux au titre de l’année 2019. L’exercice écoulé a été marqué par la Covid-19 qui a impacté tous les secteurs d’activité, voire toutes les structures. à ce propos, le président du conseil d’administration a rappelé que «cette maladie dont les premiers cas ont été observé dans notre pays le 25 mars dernier n’a épargné aucun secteur d’activité.

Et l’hôpital de Kati à l’instar des autres établissements de santé a été affecté par ces méfaits». Il s’est aussi réjoui des résultats obtenus malgré les difficultés. à cet effet, Abdoul Wahab Diakité a rappelé que l’hôpital a réalisé 86,38%, de taux d’hospitalisation, 93,47 % de taux d’interventions chirurgicales. L’établissement a également a accompli plus de 82,96% d’examens d’imagerie médicale et 79,1% d’examens de laboratoire. Pour ce qui concerne le renforcement du plateau technique, l’hôpital de Kati tout comme les autres CHU est bien entré dans l’ère de la technologie de pointe. Le président du conseil d’administration a expliqué qu’il a acquis des équipements qui permettront d’améliorer la prise en charge des malades. Il s’agit, entre autres, d’un amplificateur de brillance (qui est essentielle dans la chirurgie orthopédique), d’une colonne de chirurgie laparoscopie, celle d’endoscopie urologique, de deux boîtes de chirurgie du rein, autant de boîtes de chirurgie de l’uretère et un appareil d’échographie pluridisciplinaire.

«La session permettra sans nul doute d’apprécier à sa juste valeur les efforts que le personnel déploie tous les jours pour satisfaire les usagers», a expliqué le directeur général. Il a aussi souligné le contexte difficile lié à la pandémie de la Covid-19 qui a touché tous les secteurs d’activité et la partition jouée par son établissement dans la lutte contre la Covid-19 à travers des mesures préventives, la prise en charge des cas suspects et positifs. Le patron de l’hôpital de Kati a rappelé 9 cas de contamination, y compris un décès, des agents de son établissement. Et Dr Almoustapha de témoigner de sa reconnaissance à tout le personnel de santé qui a livré bataille contre la Covid-19 et continue de le faire.

Pour l’exercice entamé, le budget prévisionnel de l’hôpital est estimé en ressources et en dépenses à un peu plus de 2, 3 milliards de Fcfa. Ce budget connaît une augmentation de près de 18% par rapport à celui de l’année dernière se justifie par le budget spécial d’investissement (BSI). L’hôpital espère sur ça pour achever la réalisation de son bloc multifonctionnel qui se fait tellement désirer. Il est utile de rappeler que l’établissement a été bâti sur le site de l’ancienne infirmerie de la garnison militaire de Kati de la période coloniale. Il a été érigé en 1967 en hôpital avec les missions classiques dévolues à un établissement hospitalier.

Bréhima DOUMBIA

autho

Bréhima Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Sikasso: sos pour le Tata

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER