single

Le temps d’usage de cette tenue dépend du lieu ou de l’activité menée

En plus de différencier les différents agents dans un centre hospitalier, la tenue permet aussi de les protéger contre les microbes

Dans les établissements hospitaliers et autres centres de santé, médecins et infirmiers portent des blouses de différentes couleurs. Le port des blouses est obligatoire pour se protéger et préserver les patients et autres usagers des lieux.
La blouse médicale a une histoire. En effet, elle existe depuis l’Antiquité mais son utilisation dans le milieu médical remonte aux origines de la médecine. Dr Dembélé Bakary, psychologue de la santé et surveillant général de l’Hôpital du Mali, explique que la blouse tient son origine de la robe de la none. Elle vient de l’église et elle a la même histoire que les soins. Les soins étaient exécutés à l’époque par des nones ou sœurs qui utilisaient des robes de couleur blanche ou de couleur rose.

Elles assistaient les patients en termes d’hygiène, d’habillement et de nourriture. Lorsque les soins n’étaient plus du ressort des mains altruistes des nones, celles-ci sont retournées dans l’église en laissant place à des infirmières et autres spécialistes de soins. Mais cette fois-ci avec des formations professionnelles. La blouse, définit-il, est une tenue de travail des professionnels de soins (soins médicaux et soins des infirmiers élargis aux autres paramédicaux). Outre son caractère obligatoire, la blouse blanche a des rôles spécifiques. La blouse mérite respect des deux côtés. Le porteur de la blouse doit honorer son sacerdoce pour avoir confiance mais aussi mériter le respect d’autrui. Dans le cosmopolite des Chinois, la personne qui porte une blouse blanche est considérée comme un ange et doit se comporter comme tel.

D’après Dr Dembélé, la blouse a deux importances capitales. Elle permet l’identification du professionnel de soins en plus de son rôle protecteur. Elle protège le professionnel des soins en même temps que le malade contre les microbes, venant du professionnel des soins. Et vice-versa. Dans le milieu hospitalier, il y a toujours des sécrétions, la blouse permet d’alerter sur une quelconque tâche et démontrer l’origine de la tâche. Ce qui signifie qu’elle protège contre la transmission croisée des infections nosocomiales (les infections qu’on attrape en milieu de soins). « La blouse blanche est un signe de paix, d’harmonie et d’innocence» précise-t-il, avant d’ajouter que c’est pour cela qu’elle est plus utilisée. Il y a différents types de blouses conçues pour les différentes catégories professionnelles.

À l’Hôpital du Mali, il y a des blouses blanches manches longues qui sont portées par des médecins ou des infirmiers parce que ce sont eux qui examinent les malades et touchent directement les patients et les sécrétions biologiques. Les blouses blanches à col vert sont portées par les pharmaciens et les gens qui travaillent sur les médicaments. Les blouses à col bleu sont portées par les administrateurs, les agents de service social, de la comptabilité et d’autres personnes qui travaillent à l’hôpital sans contact avec les médicaments et les malades. Les sages-femmes sont identifiées par leurs blouses roses. Le psychologue de la santé indique que l’histoire de la blouse rose se rapporte au bébé. Les blouses de couleur marron permettent de reconnaître les manœuvres et celles blanches mais à col marron renvoient aux équipes de maintenance. Dans les salles de réanimation, les blocs opératoires ou dans les urgences, les blouses sont de couleur verte ou bleue.

Le surveillant général ajoute qu’on peut avoir d’autres types de blouses mais en fonction du règlement de l’hôpital. Les blouses doivent nécessairement être nominées, c’est-à-dire porter le nom de la personne qui en est vêtue. À défaut de cette identification, il faudra avoir un badge. Le temps d’usage de la blouse dépend du lieu ou de l’activité menée. Pour les médecins et les infirmiers, il ne faut pas dépasser deux jours de suite. Lorsque la blouse est souillée, il faut la remplacer systématiquement.

Dr Dembélé soutient que les gens doivent respecter le port de la blouse parce que c’est consigné dans le règlement intérieur de l’hôpital. Cependant, il y a des difficultés d’approvisionnement en blouses parce que les établissements hospitaliers n’ont pas la capacité de fournir la quantité requise (et au moment où il le faut) mais aussi comportementales.
Certains agents ne prennent pas la peine de porter la blouse ou bien par complexe d’infériorité ou de supériorité. Une autre difficulté est relative à l’entretien des blouses qui ne doivent pas être transportées à la maison. Elles doivent plutôt être amenées à la buanderie pour y être lavées et repassées.


Fatoumata NAPHO

autho

Fatoumata Napho

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

TWITTER