single

Mme la ministre a apprécié la pépinière, où on retrouve plusieurs variétés de plantes

La ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a félicité ses agents pour «l’excellent travail» qu’ils abattent sur le terrain. Mais, elle a décrié les problèmes environnementaux et le bradage des domaines de l’État

Les autorités de la Transition multiplient ces derniers temps des initiatives pour afficher leur volonté d’aider les populations de la Région de Kayes à améliorer leur cadre de vie. C’est ainsi que la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Bernadette Kéïta, a conduit une forte délégation dans cette région pour une prise de contact avec les services déconcentrés de son département et échanger avec les populations sur certaines questions délicates.

Dès son arrivée samedi 13 février 2021 dans la Cité des rails, Mme Bernadette Kéïta a rendu une visite de courtoisie aux autorités administratives et aux notabilités afin de leur transmettre les salutations des autorités de la Transition qui se soucient des problèmes de développement. En début de semaine, elle a visité les services déconcentrés de son département et certaines de leurs réalisations. «Nous avons vu ce matin deux structures (direction régionale des Eaux et Forêts, direction régionale de l’assainissement, du contrôle des pollutions et nuisances). Nous avons remarqué que les agents des Eaux et Forêts qui travaillent ici sont dévoués à la tâche et très motivés», a commenté la ministre Kéïta.
La délégation ministérielle a été impressionnée par l’excellent travail que mènent ces soldats de l’environnement pour protéger la faune et la flore. Elle a apprécié la pépinière entretenue par les retraités de ce service. On y retrouve plusieurs variétés de plantes, dont le gommier, l’eucalyptus, le gombo, le henné, l’acacia.

«Je vois que les agents s’adonnent à leur travail. Ils font de leur mieux. Malgré leurs maigres moyens, ils font tout pour relever le défi afin de donner une belle image à la Région de Kayes», a souligné la chef de la délégation ministérielle. Cependant, tout n’est pas rose dans ces services qui ont besoin de plus de moyens humains et financiers pour accomplir leurs devoirs. à la direction régionale de l’assainissement, les locaux sont insuffisants et il y a une insuffisance du personnel. Dans la Forêt classée de Paparah qui s’étend sur 729 hectares, les services des Eaux et Forêts et leurs partenaires sont confrontés à un problème de délimitation du fait du morcellement d’une partie de la zone par les autorités locales, depuis 2005. On y dénombre au moins 14 titres fonciers. «On ne peut pas comprendre qu’un domaine qui appartient à l’état, soit cédé à des personnes», a souligné Mme Bernadette Kéïta.
La situation est alarmante au niveau du dépôt d’ordures situé près de l’Hôpital. Ici, les riverains et les passagers sont exposés à l’air pollué. La fumée provenant de cette décharge rend difficile la respiration et la vision, affectant du coup la circulation. «J’avoue que c’est inquiétant et regrettable. On ne peut pas comprendre qu’un hôpital où les gens doivent bénéficier des soins en vue d’être en bonne santé, soit à proximité de ces déchets. Les autorités communales doivent voir comment dégager ce dépôt anarchique», a estimé la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable.

Mme Bernadette Kéïta a aussi visité le bosquet Boubacar Diallo, un espace vert situé à Kayes-Khasso au bord du fleuve Sénégal. La ministre a rencontré les services déconcentrés et la société civile au gouvernorat sur les questions d’environnement et d’assainissement qu’elles avaient largement évoquées en janvier à Kéniéba avec ses collèges (Mines et énergie, Sécurité et Protection civile). «Le département tient à cœur les problèmes de ces sites d’orpaillage (Kéniéba, Sadiola qui renferment des déchets toxiques). Nous allons mettre tout en œuvre pour essayer d’apporter des solutions urgentes à ces problèmes. «Je voudrais rassurer toutes les populations de la disponibilité des représentants de l’état», a déclaré le gouverneur Moussa Soumaré, tout en déplorant la non application des textes.
La ministre Kéïta a bouclé son périple à Ouassamakantra (Commune de Sandaré) où un périmètre maraîcher de 1 hectare appartient à une coopérative de 84 femmes. Financé à plus de vingt millions de Fcfa par le Fonds des Nations unies pour l’équipement, en partenariat avec l’AEDD, ce périmètre maraîcher, qui s’inscrit dans le cadre du mécanisme d’adaptation au changement climatique au niveau local, permet à ses exploitantes de faire des produits maraîchers, dont la pomme de terre. Les femmes étant confrontées à un problème d’eau, elles sont obligées de constituer deux groupes qui se relayent tous les jours pour l’arrosage du périmètre, en attendant d’avoir un second château d’eau.

Bandé Moussa
SISSOKO
Amap-Kayes

autho

Bandé Moussa Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Sikasso: sos pour le Tata

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER