single

La cité des logements sociaux de N’Tabacoro dispose, désormais, de son lycée public. Bâti sur plus d’un demi hectare, le tout premier établissement d’enseignement secondaire public des lieux avait été réceptionné le 17 novembre dernier par le ministère de l’Éducation nationale. Le lycée sera opérationnel à partir de la rentrée scolaire 2020-2021 prévue pour le 25 janvier prochain. À quelques jours de la reprise du chemin de l’école, le proviseur par intérim du lycée public de N’Tabacoro, Hamadoun Minta a accepté de nous parler de l’établissement, composé de deux blocs séparés (l’un en face de l’autre) mais surtout de 16 salles de classes avec une capacité d’accueil de 700 élèves. Les nouveaux détenteurs du Diplôme d’études fondamentales (DEF) qui y sont orientés seront repartis par groupe de 50 élèves par classe. Pour le moment l’effectif annoncé n’est pas pléthorique. Il est utile de préciser aussi que 22 enseignants encadreront ces élèves exclusivement des 10è communes générales (CG).

Les inscriptions des «bleus» et la distribution des fournitures scolaires démarreront la semaine prochaine, a expliqué Hamadoun Minta. Et le proviseur intérimaire d’ajouter que le lycée public de N’Tabacoro comprend une administration scolaire (bureaux du proviseur, du directeur des études ou censeur, du surveillant, de l’économe et du secrétaire). Deux laboratoires de physique-chimie, des sciences de la vie et de la terre (SVT), une bibliothèque, une infirmerie, une salle informatique, une cantine et deux blocs de trois latrines.

L’établissement scolaire est bien électrifié et doté d’un forage. Le lycée de N’Tabacoro relève de l’Académie d’enseignement de Kati et a été construit par les entreprises de construction «Code CCP», «Kouma Plus» et «Anta Construction». Le pédagogue assure que l’Académie d’enseignement de Kati a déjà tout mis en œuvre pour le respect strict des mesures sanitaires contre la pandémie de la Covid-19. Chaque élève portera un masque, explique le proviseur. Beaucoup d’élèves ont aussi effectué le déplacement dans leur nouvel établissement pour s’enquérir de renseignements sur le démarrage des inscriptions mais aussi des possibilités de réorientation ou de transfert vers des lycées publics ou privés. D’autres étaient venus vérifier leurs noms sur la liste des orientations.

À un moment précis de notre entretien avec le proviseur intérimaire, des parents d’élèves et leur progéniture faisaient d’incessants va-et-vient pour s’assurer de l’effectivité de l’ouverture de l’établissement à la rentrée scolaire. Almoustapha Touré qui a fait valoir ses droits à la retraite résidait à Ségou. Il a maintenant bénéficié d’un logement social à N’Tabacoro. Cet ancien fonctionnaire apprécie les efforts accomplis pour l’opérationnalisation du nouveau lycée public de N’Tabacoro. Sa fille après avoir décroché le DEF à Ségou a eu la chance d’être orientée au lycée public de N’Tabacoro puisque entre-temps son père a décidé de regagner N’Tabacoro pour s’y installer. Hamadoun Minta est tous les jours au four et au moulin. Il se rend disponible à la fois pour les élèves et leurs parents en leur donnant toutes les informations nécessaires.



Sidi Y. WAGUÉ

autho

Sidi Yaya Wagué

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Sikasso: sos pour le Tata

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER