single
L'Association des héritiers des anciens combattants de l'Armée française et de l'Infanterie coloniale de l'Afrique occidentale, résidant dans le cercle de Yélimané dans la Région de Kayes, réclame une reconnaissance de la part de l’ancienne puissance coloniale. Ces descendants de personnes ayant versé leur sang pour la France durant les deux guerres mondiales réclament leurs droits d’anciens combattants, mais aussi des facilités pour aller visiter les tombes de « ces héros » sur le territoire français.

Les responsables de cette association ont fait ces annonces au cours d’une conférence de presse jeudi dernier à la Maison de la presse. C’était en présence du président de l’Association, Kalilou Kandia, qui avait à ses côtés son porte-parole Bandiougou Traoré et plusieurs autres responsables.

Créée en 2017, cette association regroupe aujourd'hui 3460 membres recensés. Les frais d'adhésion sont fixés à 5000 F cfa par personne et l’accès est conditionné à la fourniture de documents attestant le statut d’ayant droit d’ancien combattant.

Selon le porte-parole de l’Association, cette rencontre avec la presse avait pour but de permettre aux journalistes de passer le message à l’ancien colonisateur afin qu’ils soient entendus en qualité d’héritiers des anciens combattants morts pour sa libération pendant les deux guerres mondiales (1914-1918) et (1939-1945). «Nous qui sommes leurs ayants droits demandons à nos autorités (locales, régionales et nationales) et de l’ambassade de France au Mali, de nous faciliter l’entrée sur la terre française, pour des visites et des soins de santé », a déclaré Bandiougou Traoré. Ceci, ajoute-t-il, pour leur permettre de se rendre sur les tombes de leurs grands-parents tombés lors des deux grandes guerres mondiales.

Le conférencier a précisé qu’aucun membre de l’Association n’a jusque-là bénéficié d’aucun droit de leurs parents morts pour la France depuis la fin des deux guerres mondiales. Par ailleurs, Bandiougou Traoré revendique la nationalité française pour les membres de l'organisation.

Pour sa part, le président du regroupement a remercié les autorités de la Transition pour leur soutien. Kalilou Kandia a également salué l’ensemble des élus communaux des 12 circonscriptions du cercle de Yélimané, ainsi les chefs coutumiers de ses quatre cantons (Diafouna, Kaniaga, Guigémé et Tringa).



A. TRAORE

autho

Aboubacar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER