single

Cinq ans après sa signature, l’application de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger connait des hauts et des bas dans son application. Les autorités de la Transition n’ont pas caché leur volonté de donner un nouveau souffle à l’application du document signé en 2015 par le gouvernement du Mali et les groupes armés de la CMA et de la Plateforme sous l’égide de la communauté internationale.

C’est dans ce contexte que se tient, ce jeudi, dans la ville de Kidal, une réunion du comité de suivi de l’accord. Elle verra la participation d’une délégation gouvernementale, des groupes signataires et de la médiation internationale.

Cette rencontre de Kidal recouvre un symbole. En effet, c’est la première fois qu’une réunion du CSA se délocalise hors de Bamako. Et le choix de Kidal, fief de l’ex-rébellion, pour cette importante réunion devrait faire bouger les lignes vers la normalisation.

À noter que la rencontre du CSA, ce jeudi, intervient quelques semaines après la visite d’une forte délégation ministérielle à Kidal, le 25 janvier dernier. Les ministres de la Sécurité et de la Protection civile, de la Réconciliation nationale, de la Santé et du Développement social, entre autres, avaient alors rencontré les ex-rebelles et discuté, notamment, du retour effectif de l’État à Kidal.


M. TOURÉ

autho

Mohamed Touré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER