single

Au total, 55 agences privées ont le droit d’exercer légalement dans le secteur. Elles ont été retenues à l’issue d’un processus de sélection opéré conjointement par le département en charge de la communication et le Groupement professionnel des agences de communication et des régies publicitaires

Le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, Dr Hamadoun Touré, a présidé hier après-midi dans un hôtel de la place, la cérémonie de remise des agréments d’exercice professionnel de la publicité aux agences de communication. Organisée par le Groupement professionnel des agences de communication et des régies publicitaires du Mali (GPAC), la rencontre a réuni de nombreux acteurs du secteur de la publicité.
Le président du GPAC, Sidi Danioko, a expliqué que la remise de ses agréments marque le début d’un jour nouveau pour le secteur de la publicité au Mali. «Nous venons de loin et nous avons fait un long parcours qui nous a amené à connaître le statut de métier informel et inexistant», a-t-il rappelé, ajoutant que la remise des agréments aux agences ayant répondu aux normes contribuera à asseoir un cadre légal dans le secteur.

Pour le président du GPAC, tout métier mérité d’être exercé dans un contexte sécurisé sur le triple plan juridique, administratif et économique. Pour parvenir à ce niveau de réglementation du secteur de la publicité, Sidi Danioko a révélé que son organisation à travailler sur l’ensemble des textes existants au Mali, dans la sous-région et même parfois en allant à l’internationale pour s’inspirer. «Nous avons essayé d’extraire les éléments les plus importants en rapport avec notre cadre économique et nous avons structuré l’activité sur différentes catégories», a expliqué le premier responsable du GPAC.
Le processus d’agrément a été lancé avec 72 dossiers. Un comité mixte état-secteur privé a été mis en place par le département en charge de la communication pour travailler pendant des mois afin de sélectionner les dossiers des agences qui répondent aux critères. A l’issue de ce travail de sélection, 55 agences, toutes catégories confondues, ont été retenues. Parmi les structures retenues, on dénombre 4 agences conseils, 29 agences de communication et 22 régies publicitaires.

Désormais, il faut être un professionnel du secteur de la publicité pour exercer le métier, a indiqué Sidi Danioko qui a ajouté que l’intérêt pour les professionnels du secteur, c’est d’exercer dans un environnement de concurrence saine. Il a tenu à rassurer les médias publics qu’ils auront désormais affaire à des agences qui opèrent dans les règles de l’art. Avant de procéder à la remise des agréments, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique a expliqué qu’il s’agit de l’aboutissement d’un processus entamé il y a quelques années à l’initiative du GPAC avec l’impulsion du département en charge de la communication. Dr Hamadoun Touré a rappelé que la collaboration public-privé a permis de doter pour la première fois au Mali les acteurs du secteur de la publicité d’un statut juridique bien que la loi date du 02 juin 2017 et son décret d’application n’a été adopté que récemment. Le ministre Touré s’est réjoui du fait que le secteur de la publicité sera désormais animé par des professionnels, de véritables entrepreneurs et créateurs évoluant dans un cadre formel et sécurisé.

Pour le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, cette professionnalisation permettra aussi une mobilisation accrue des recettes publicitaires au bénéfice des médias et du Trésor public et renforcera la transparence dans la gestion, dans la redistribution des revenus en direction des agences autorisées à exercer. Le ministre Touré a assuré le GPAC de l’accompagnement de son département dans le cadre de la régulation du secteur de la publicitaire dans notre pays.


Abdoul Karim COULIBALY

autho

Abdoul Karim Coulibaly

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER