single

La pomme de terre est une variété de tubercule très prisée dans ces localités

Le chef du département en charge de l’agriculture est allé constater les dégâts causés dans les périmètres et apporter des appuis pour redémarrer la campagne

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, Mahmoud Ould Mohamed a séjourné la semaine dernière dans la Région de Tombouctou. Il était accompagné de son collègue commissaire à la sécurité alimentaire, Redouwane Ag Mohamed Ali, du directeur national du génie rural, Aghatam Ag Alhassane et des membres de son cabinet. Aussitôt arrivée, la délégation a mis le cap sur le périmètre maraîcher de l’association Arrahim des femmes de la Commune de Toya, situé à environ 20 km de la ville de Tombouctou. D’une superficie de deux hectares, ce périmètre, dont une partie a été inondée, avait été réhabilité par le Programme alimentaire mondiale (Pam) en 2018/2019. Le Pam a contribué à l’encadrement technique des exploitantes et installé un forage pour elles.

La directrice du Pam, Sally Haydock a expliqué que le village de Toya est un exemple du paquet intégré de résilience du Programme. à travers ce volet, les produits de ce petit périmètre maraîcher sont utilisés pour la préparation de repas enrichis que la communauté cuisine au Centre de santé communautaire. Les produits nourrissent les enfants de l'école de Toya. Actions fortement appréciées par le ministre et sa délégation au niveau de l’école et du CSCom.Heureux de recevoir la visite, le maire a remercié le gouvernement et ses partenaires, dont le Pam pour les multiples actions réalisées au profit de sa communauté. «Beaucoup d’hectares de riz ont disparu en plus des dégâts causés par les oiseaux granivores au niveau des périmètres notamment de Toya, Tintelout Tassakane, Issafey. S’y ajoute l’insécurité», a déploré Yéhia Konta, espérant sur l’appui du gouvernement et ses partenaires.

Le ministre a expliqué qu’il était venu constater les dégâts causés suite aux inondations. Il a promis que le département préparera une réponse à la hauteur de l’ampleur des ravages, avant de leur réitérer le soutien des autorités de la Transition. De Toya, la délégation s’est rendue sur le périmètre rizicole de Koriomé, où elle a constaté la vétusté des infrastructures, avant de s’imprégner des conditions des exploitants. Là, Mahmoud Ould Mohamed a admiré le courage et la détermination des cultivateurs qui continuent d’entretenir la plaine malgré les difficultés. En réponse à leur appel, il a indiqué que des dispositions seront prises pour la réhabilitation du périmètre.

La zone des vergers inondés de Kabara a également été visitée par la délégation. Ce jardin d’une superficie de 115 hectares est mis en valeur par 1.168 exploitants. 1.006 d’entre eux, dont 329 femmes ont été touchés par la pluie. Comme doléances, ils ont demandé des pompes relais, des tracteurs, des motoculteurs et le surcreusement du canal. En réponse, le ministre a indiqué que le département va étudier la possibilité de réparer la digue afin de protéger définitivement ces périmètres maraîchers de Kabara.

Le représentant de la Fao, Pierre Vauthier, a remis 1.500 litres de gasoil aux victimes du périmètre de Befendou. Après Kabara, la délégation a visité le périmètre de Tarabangou, situé dans la Commune urbaine de Tombouctou, à 6 km au sud-est de la ville. Ce site est l’un des principaux fournisseurs de la ville en produits maraîchers pendant une bonne partie de l’année.
Au nom des exploitants, Hallé Ousmane Cissé a relevé des difficultés liées à l’insuffisance d’eau qui ne couvre plus les 35 hectares exploités. Il a sollicité un branchement au réseau de l’EDM, cinq forages et deux bassins de réception pour exploiter les 52 hectares que compte le périmètre et faire la double culture.

Le ministre leur a remis des intrants, avant de lancer la nouvelle campagne. La Fao leur a offert un groupe électrogène. Mahmoud Ould Mohamed s’est dit ému de voir cet espace exploité par ces producteurs qui, avec la seule force des muscles, arrivent à produire 50 tonnes de pomme de terre à l’hectare dans les bonnes conditions climatiques et agricoles. «C’est un record. C’est des initiatives à appuyer, c’est pourquoi nous sommes là avec la Fao et le Pam pour les aider», a-t-il soutenu, avant de se rendre à l’unité de production de lait de chamelle.

Située au quartier Sans fil sur la route de l’aéroport, ce projet est cofinancé par le Conseil régional et l’Association pour la promotion de l’élevage et la valorisation du lait de chamelle (APVLC). Cette unité est une réponse à la forte demande de lait de chamelle, traditionnellement beaucoup consommé à Tombouctou. Elle produit actuellement 100 litres par jour, contre une capacité installée de 1.500 litres par jour. Le ministre a salué l’initiative qu’il considère comme un exemple d’investissement public-privé. «Nous allons voir comment le gouvernement peut appuyer de telles volonté. Nous ne ménagerons aucun effort pour entretenir l’émergence de telle unité», a-t-il promis.
Le chef du département a bouclé sa tournée régionale avec une rencontre avec les cadres au gouvernorat. Le gouverneur de région, Bakoum Kanté, a attiré l’attention sur l’urgence d’appuyer les exploitants des plaines inondées, de réparer les digues qui ont cédé. à moyen terme, il s’agit de réhabiliter les services techniques, les plaines, en premier lieu le système Faguibine, a plaidé le commissaire divisionnaire de police. Le ministre en charge de l’Agriculture a assuré du soutien de l’état à toutes les préoccupations évoquées.

Envoyés spéciaux

Aminata Dindi SISSOKO
Bounama MAGASSA

autho

Aminata Dindi Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER