single

Le vice-président de la Transition a sollicité l’accompagnement des populations aux Forces de défense et de sécurité qui font un travail remarquable sur le terrain

Après Nara, Banamba, Mondoro, Boulkessi, c’était au tour de Ménaka de recevoir, dimanche dernier, la visite du vice-président de la Transition en compagnie du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le colonel Modibo Koné, du chef d’état-major général des Armées, le général Oumar Diarra, de l’ambassadeur de France au Mali Joël Meyer et du commandant de la Force Barkhane, le général Marc Conruyt .
Pour rappel, Ménaka est l’épicentre des hostilités qui secouent la zone dite des trois frontières. C’est pourquoi, la région abrite les unités légères de recherche et d’intervention (ULRI) ainsi que les forces spéciales Takouba. Avec la mutualisation de leurs moyens, ces forces rayonnent à souhait sur Ménaka et environs tout en infligeant régulièrement des pertes conséquentes aux groupes armés terroristes qui pullulent dans le secteur.

Un des temps forts de cette visite aura été la rencontre avec les notabilités de la ville dont les témoignages en faveur des Forces armées maliennes (FAMa) étaient fort éloquents quant au dévouement de la troupe pour le maintien de la stabilité de la région. «Nous sommes maintenant psychologiquement guerris», a déclaré un notable pour saluer la visite du vice-président qui selon lui, est venue à point nommé.
Quant au gouverneur de la région, Mohamed Maïga, il a salué les efforts de sécurisation des FAMa à travers l’opération «Ménaka sans arme». Celle-là même qui a permis aux populations de retrouver leur tranquillité. «Nous dormons tranquillement depuis quatre mois grâce à cette opération», a confié une femme lors des échanges du vice-président au gouvernorat avec les représentants des populations.

Toutefois, le gouverneur n’a pas manqué de soulever quelques doléances qui ont été notées par le colonel Assimi Goïta. Tout en saluant la visite du vice-président à Ménaka, les habitants de la région ont souhaité la mise en place de projets à impact rapide en vue de faciliter la résilience locale.

Le vice-président, Assimi Goïta, lors de son passage à Ménaka

C’est avec des cris de joie que la troupe a accompagné la délégation du vice-président au rythme de « Assimi nous te faisons confiance !». Une confiance qui devra sans nul doute se consolider en s’appuyant sur le renforcement des capacités opérationnelles des hommes sur le terrain, gage de la satisfaction de la demande légitime et croissante des populations en matière de sécurité.

Cette visite aura également permis au vice-président de noter avec soulagement et une grande fierté, les commentaires élogieux des populations et des forces partenaires sur le bon leadership du coordinateur des FAMa à Ménaka.
Hier, le vice-président de la Transition et sa délégation étaient à Gao où ils ont rencontré les autorités coutumières et les chefs militaires de la zone de défense N°1. Avec les chefs coutumiers, le colonel Assimi Goïta a transmis les salutations du président de la Transition Bah N’Daw avant de dire que Gao est une ville qu’il a beaucoup admirée pendant son séjour. Il a demandé le soutien des autorités coutumières aux Forces de défense et de sécurité dans leurs missions régaliennes.

Pour le vice-président de la Transition, la question de sécurité n’est pas seulement un engagement des forces de sécurité, mais de tous les Maliens. Le colonel Goïta a aussi échangé avec le gouverneur de région, le général de brigade Moussa Traoré, sur la sécurisation des élections à venir. Après les échanges avec les officiers et les hommes du rang, le vice-président dira que l’état d’esprit des hommes sur le théâtre des opérations est très bon. Il a beaucoup insisté sur la cohésion entre les forces de défense et de sécurité et la discipline envers la hiérarchie. Le colonel Assimi Goïta a partagé un repas de corps avec l’ensemble des troupes.


Abdourhamane TOURÉ
Amap-Gao avec la DIRPA

autho

Abdourhamane Touré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Sikasso: sos pour le Tata

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER