single

Ils sont plus de 2,5 millions d’élèves de l’enseignement fondamental et 369.337 du secondaire général à reprendre le chemin des classes cette année. Les gestes barrières contre la Covid-19 n’étaient pas observées comme il faut dans certains établissements visités

La rentrée scolaire 2020-2021 est effective, depuis hier, sur l’ensemble du territoire national. Cette année, plus de 2,5 millions d’élèves reprennent le chemin de l’école au niveau de l’enseignement fondamental. Par contre, l’enseignement secondaire général accueille 369.337 élèves qui seront encadrés par 4. 141 professeurs.
Le coup d’envoi a été donné par le ministre de l’éducation nationale, Pr Doulaye Konaté, au lycée Askia Mohamed. Il a justifié le choix de ce prestigieux établissement pour être une référence dans la formation de beaucoup de bons cadres. à titre d’exemple, il a cité feu Pr Bakary Kamian et lui-même, avant de prodiguer des conseils aux élèves. Le ministre les a exhortés à emboîter le pas de ces cadres qui sont passés par le même établissement.

«Tous les grands intellectuels qui ont marqué l’histoire de ce pays ont étudié ou presque au lycée Askia Mohamed», a rappelé Pr Doulaye Konaté, avant d’encourager les jeunes apprenants à mieux travailler. «Vous êtes leurs héritiers et l’avenir du pays. Ayez confiance en vous. Concentrez-vous sur vos études. Soyez compétitifs pour ne pas être demain les manœuvres de la sous-région !», a-t-il dit, tout en insistant sur le respect strict des gestes barrières. Pour cela, des comités de veille passeront dans les écoles pour sensibiliser sur la nécessité d’observer la distanciation physique en vue d’éviter une propagation de la Covid-19.

Sur place, le ministre Konaté a assisté à la leçon modèle qui portait sur la Covid-19 dans une classe de 12è Terminale langue et littérature (TLL), dispensée par le professeur de lettres, Abdrahamane Mamadou Traoré. Le lycée Askia Mohamed reçoit 2.003 élèves repartis dans 31 salles de classes, dont 16 classes de 10è année, 6 de 11è et 9 classes de 12è année. Y ont aussi assisté le directeur national de l’enseignement fondamental, Mahamadou Keïta, le directeur national adjoint de l’enseignement général secondaire, Inza Coulibaly, la directrice de l’Académie d’enseignement Bamako-rive gauche, Mme Koné Rokiatou Dia et d’autres acteurs de l’école.

Très tôt le matin, les élèves ont regagné les établissements scolaires au grand bonheur de leurs parents. Notre équipe de reportage a sillonné quelques établissements publics et privés de la capitale pour constater l’effectivité de la rentrée. Au Groupe scolaire «Séga Diallo» de Bozola, les mesures barrières n’étaient pas totalement respectées. Si globalement les élèves portaient des masques, ils ignoraient superbement la distanciation physique du fait de la pléthore. Il n’y avait pas non plus la moindre trace des kits de lavage des mains au savon.

Au niveau du lycée «Kankou Moussa» de Daoudabougou, la leçon modèle a été faite dans certaines classes. Mais les élèves des 10è marchaient à la queue leu leu devant le bureau du surveillant général pour enlever leurs fournitures. Certains présentaient l’attestation du Diplôme d’études fondamentales (DEF), l’acte de naissance et les photos d’identité pour s’inscrire. La même ambiance était perceptible au niveau du lycée privé «Cheikh Anta Diop» de Sogoniko.

Dans cet établissement, la reprise a été effectuée dans une «bulle sanitaire» puisque chaque élève portait un masque. La distanciation physique était aussi respectée, car chaque élève occupait un table-banc. Un kit de lavage des mains au savon était installé à l’entrée de l’établissement.


Sidi Y. WAGUÉ

autho

Sidi Yaya Wagué

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER