single

La Radio France internationale (Rfi) élargit son offre éditoriale en Afrique. Elle a lancé officiellement, jeudi dernier, un nouveau programme en fulfulde et d’un temps d’antenne multiplié par deux en mandenkan. C’était au cours d’une conférence de presse virtuelle qui a regroupé plus de 300 participants. La rencontre a été co-animée par Marie-Christine Saragosse, présidente-directrice générale de France médias monde (FMM), Cecile Mégie, directrice de Rfi et Frédéric Garat, coordinateur de la rédaction en mandenkan et fulfulde. Ces nouveaux programmes à l’antenne se déclinent aussi sur le numérique, dans les deux langues. Ils visent à favoriser la liberté d’expression, le débat public et le dialogue entre les cultures. Il s’agit également de contribuer à l’égalité entre les hommes et les femmes.
Le développement de la rédaction en mandenkan et fulfulde de Rfi est réalisé dans le cadre du projet «Afri’Kibaaru», mis en œuvre par France médias monde et Canal France internationale (Cfi). Il est financé par l’Agence française de développement (AFD). Le but est de renforcer l’accès à une information fiable et indépendante en Afrique de l’Ouest et centrale. Cela en développant des contenus en langues africaines diffusés sur les antennes de Rfi et ses radios partenaires, en renforçant les capacités d’un large réseau de journalistes et de médias, et en dynamisant localement le débat public autour de thématiques liées aux Objectifs de développement durable (ODD).

Marie-Christine Saragosse expliquera qu’il s’agit de renforcer l’accès à une information fiable et indépendante en Afrique de l’Ouest et centrale avec une rédaction d’une trentaine de journalistes basée à Dakar, respectant la parité homme- femme, pour deux heures d’antenne quotidiennes dans chaque langue et une radio de proximité.
Pour produire ces contenus, la rédaction en mandenkan et fulfulde est désormais composée d’une trentaine de journalistes et techniciens. L’équipe, dont la moyenne d’âge est de 31 ans, est paritaire. Elle s’appuie sur un réseau d’une vingtaine de correspondants à travers l’Afrique de l’Ouest et dans le monde. «Avec ces deux équipes «jumelles» (fulfulde et mandekan), nous avons voulu une mixité des nationalités qui représentent notre zone d’écoute : l’Afrique de l’Ouest au sens très large.

Nous nous sommes efforcés de trouver des talents de la presse au Mali, au Sénégal, au Burkina Faso, en Guinée et en Côte d’Ivoire. Nous tenions également à avoir un équilibre en matière de genre et nous sommes assez fiers d’avoir réussi notre pari 50 pour cent d’hommes et de femmes journalistes», a apprécié Frédéric Garat.
Les programmes en mandenkan sont diffusés depuis 2015, en FM au Burkina Faso, en Côte-d’Ivoire, en Gambie, en Guinée, en Guinée-Bissau, au Libéria, au Mali, au Sénégal et en Sierra-Leone. Ceux en fulfulde sont accessibles en FM au Burkina Faso, au Cameroun, en Gambie, en Guinée, au Mali, au Niger, en Sierra Leone, au Sénégal, dans le Sud de la Mauritanie et la région du lac Tchad.



Aminata Dindi SISSOKO

autho

Aminata Dindi Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER