single

Nombre

de services sont dotés, aujourd’hui, de ces infrastructures qui

permettent aux agents de pratiquer le sport après le travail. Et sans

débourser le moindre sou. Nous avons fait le tour de quelques salles de

la capitale

La pratique du sport est importante pour être en bonne santé et se maintenir physiquement. Il est recommandé, à toute personne, de faire, au moins, trente minutes d’activité sportive par jour. Plusieurs personnes, à cause de leurs occupations professionnelles, passent des mois sans pratiquer le sport. La plupart des travailleurs sortent, très tôt le matin, et ne rentrent à la maison que le petit soir ou dans la nuit. Épuisés par les tâches de la journée, certains ont la paresse de pratiquer le sport dans les quartiers. Ou, n’en ont pas, simplement, la motivation et l’envie.

Bonne idée ! Certains services ont décidé d’ouvrir une salle de sport dans leurs locaux. Notre équipe de reportage s’est rendu dans trois services : la Primature, l’Autorité malienne de régulation des télécommunications (AMRTP) et le camp de la Garde nationale. Ces structures ont des salles de sport bien équipées en matériels de dernière génération. Des tapis roulants, plusieurs sortes de vélos et tableaux d’abdominaux, la table de natation, des poids, des ballons d’abdominaux, des cordes à tirer et à sauter, etc.

Le chef du service de gestion de la Cité administrative, Salia Samaké, évoque les raisons de la création d’une salle de sport à la Primature. «Nous avons effectivement une salle de sport au niveau de la Primature. Elle a été fonctionnelle en 2015 et 2016», révèle-t-il. «À la Primature, nous avons des hommes en uniforme qui assurent la sécurité du Premier ministre. Le temps qu’ils passent ici ne leur permet pas de pouvoir se remettre en forme, physiquement. La première demande est venue de ces hommes en uniforme. La salle a été créée pour une mise en condition physique de ceux en charge de la sécurité du Premier ministre. L’idée première vient de là», dit Salia Samaké.

«Outre les hommes de garde, nous avons pensé, aussi, au personnel de la Cité administrative en général et de la Primature en particulier Nous, nous passons presque 80% de notre temps au bureau. Après le travail, nous n’avons pas le temps matériel pour aller faire quoi que ce soit. Donc, une salle de sport dans nos locaux ne peut que participer au maintien de notre condition physique et à l’amélioration de notre santé. Qui dit sport, dit également santé», ajoute notre interlocuteur. Et de signaler que la salle a été récemment rénovée par l’ambassade de Chine au Mali.

«Dans un premier temps, nous avons équipé la salle sur le budget national. Mais tout dernièrement, on a repris la salle parce que les matériels étaient obsolètes. Nous avons demandé l’aide de certaines ambassades et l’ambassade de Chine nous a favorablement répondu. Elle nous a offert les matériels dont nous avons dans la salle et le Premier ministre a même visité l’installation, il y a quelques jours», détaille le patron de service de gestion de la Cité administrative.
Et de poursuivre : «Concernant l’accès à la salle, nous allons prendre des mesures car le matériel est neuf. Il va falloir être beaucoup plus strict par rapport à l’utilisation de la salle. Avant, les gens venaient n’importe comment.

Compte tenu de la situation sécuritaire qui ne permet plus l’accès de la Primature à tout le monde, nous allons être stricts et filtrer les entrées. Désormais, la salle ne sera accessible qu’au seul personnel de la Cité administrative» annonce-t-il. Le chargé de mission au bureau opérationnel et suivi auprès du Premier ministre, Abdoul Haïdara, rencontré dans la salle de sport de la Primature, salue l’idée, qui, selon lui, permet aux travailleurs de bien récupérer. «C’est excellent d’avoir une salle de sport au niveau du service, surtout avec le renouvellement des matériels de notre salle, ici, à la Primature. C’est une excellente idée, une bonne chose et ça encourage les gens, après avoir travaillé durement, de venir faire le sport pour récupérer», commente-t-il.

Très heureux de l’initiative du Premier ministre d’avoir fait rénover la salle de Gym de la Primature, Abdoul Haïdara pense que c’est l’occasion, pour tous les travailleurs de la Primature, de faire le sport qui «permet à l’individu de récupérer sur le plan de la santé mais, aussi, d’augmenter ses capacités d’analyse».

À l’AMRTP, il y a deux grandes salles de sport : une pour les hommes et une autre pour les femmes. Le secrétaire exécutif par intérim de l’AMRTP, Idrissa Ly, nous a expliqué d’où est venue l’idée de la création de la salle de sport, dans son service, et le mode de fonctionnement de l’infrastructure. «C’est une idée conjointement portée par le délégué du personnel et la direction qui ont estimé que nous sommes de plus en plus nombreux et majoritairement, âgés. Nous travaillons également sous pression et qu’une salle de sport serait idéale et offrirait la possibilité de pratiquer le sport dans un cadre aménagé et approprié pour le personnel d’ici», explique Idrissa Ly.

Heureuse coïncidence ! «La direction de l’époque a eu la même idée et a estimé que c’était pertinent pour les responsables et pour les agents», indique Idrissa Ly. Et de poursuivre : «Les deux parties sont arrivées à la conclusion d’avoir, d’abord, une salle appropriée, adéquate. C’est ainsi qu’on a investi dans notre sous-sol pour avoir deux salles dont une pour les hommes et une pour les femmes. Une fois la salle aménagée et équipée, le délégué du personnel, en rapport avec la direction, a estimé que la salle pouvait être ouverte pour tout le monde». «Nous avons, également, souhaité avoir un spécialiste en pratique sportive qui a, aussi, des connaissances en médecine sportive parce qu’une chose est d’avoir les appareils, une autre est de savoir les manipuler», poursuit notre interlocuteur.

Quant à la volonté de faire le sport, «c’est aussi une chose et faire le sport adapté à son corps, à son organisme en est une autre», analyse-t-il. «Avant le démarrage, le spécialiste et des médecins sont venus faire un examen préalable, pour détecter ceux qui ont des problèmes de santé, notamment cardiovasculaires, des maladies respiratoires comme l’asthme et établir si ceux-ci pouvaient bénéficier ou non de programme spécifique», détaille le secrétaire exécutif par intérim de l’AMRTP
«Après avoir discuté avec le maître spécialiste de question de sport qu’on a désigné et qui était professeur de médecine de sport, on a fait un programme du matin et du soir. Le matin, de 6h à 7h 30 et le soir, de 17h à 19h. Notre salle est accessible, exclusivement, aux agents de l’AMRTP et seulement les jours ouvrables», précise-t-il.

Les agents de l’AMRTP apprécient la création de la salle de sport. Boubacar Doumbia, agent du département juridique de l’AMRTP fait des exercices dans la salle. «L’ouverture de cette salle de sport dans notre service a été une bonne chose, Cela nous permet d’économiser beaucoup de temps puisque la salle est près de nous. Après le travail, nous faisons le sport avant de rentrer».

«Avant l’ouverture de cette salle, nous étions obligés de rentrer à la maison avant d’aller au sport. C’était difficile puisque nous rentrions, souvent, fatigués. Souvent, nous n’avons pas le courage pour faire du sport», explique Boubacar Doumbia qui estime que l’installation de la salle de gym contribue à augmenter la productivité des travailleurs. «C’est vraiment une source de motivation pour les travailleurs», lance-t-il.

La salle de sport du Camp des Gardes

Fousseyni Coulibaly, chauffeur à l’AMRTP était en pleine séance dans la salle. Il salue l’initiative de la direction. «Je suis content de l’ouverture de cette salle de sport à l’AMRTP. C’est bien, surtout, pour nous les chauffeurs. Nous travaillons, toute la journée, assis au volant du véhicule. Parfois, nous restons assis à la direction du service ou dans le parc. Si nous avons l’opportunité de pratiquer le sport, au sein du service, franchement, c’est une initiative à saluer», souligne-t-il, avant de souhaiter aux autres services d’adopter l’initiative.

Mohamed Hadi Touré, informaticien à l’AMRTP, estime que cette salle de sport va beaucoup aider les travailleurs à être efficaces et performants dans leur travail. «L’idée d’ouvrir une salle de sport dans notre service est à saluer. Cela améliore la santé», apprécie-t-il. «Et comme on le dit : un esprit saint dans un corps saint. Ce qui est impossible si nous n’exerçons aucun sport».

Au camp de la Garde nationale, à N’Tomikorobougou, qui dispose, aussi, d’une salle de sport, l’officier de sport, le capitaine Cheick Oumar Sissoko, rappelle que l’initiative est venue du lieutenant-colonel Cheick Tounkara. «Quand il (le lieutenant-colonel Tounkara, capitaine à l’époque, ndlr) était officier de sport de la Garde nationale, il a ouvert cette salle avec seulement quelques matériels», se souvient Cheick Oumar Sissoko.

«L’objectif était d’améliorer les conditions physiques de nos éléments. Après le démarrage, le ministère de la Défense nous a appuyés en équipant la salle. Maintenant, avec l’acquisition de ces différents matériels, plusieurs corps dont la Force spéciale antiterroriste (Forsat) viennent s’entraîner chez nous», indique le capitaine Sissoko, avant de signaler que leur salle de sport est, également, ouverte aux civils.

«La salle est ouverte aussi à la population voisine du camp de garde. Mais, les militaires et les civils n’utilisent pas la salle au même moment. Les militaires s’entraînent les matins, tandis que les civils viennent les soirs», précise l’officier de sport. «L’intérêt de la salle est énorme, mesuré à l’aune de l’affluence. Les gens viennent régulièrement et sont de tous âges. Le responsable de la salle, le caporal Issa Sidibé s’occupe de la gestion de la salle», conclut-il.

Boubacar Thiéro

autho

Boubacar Thiéro

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER