single

Les participants à la rencontre

Guidée par la conviction que les ressources naturelles d’un pays appartiennent à ses citoyens, l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) a établi une norme mondiale pour la promotion dune gouvernance vertueuse des ressources pétrolières, minières et gazières. La norme internationale ITIE 2019, lancée lors de la 8è conférence mondiale tenue à Paris, met l’accent sur la divulgation systématique des informations par les pays et les entreprises à travers leur propre système de révélation établi. Elle contient également de nouvelles exigences en matière de transparence des contrats, d’environnement et de promotion du genre.

Afin de permettre aux membres du Comité de pilotage et du Secrétariat permanent de l’ITIE-Mali de s’approprier des nouvelles exigences de la norme ITIE 2019 et leurs responsabilités dans la mise en œuvre du processus ITIE dans notre pays, un atelier d’échanges s’est tenu du lundi au mercredi dans la cité des Balanzans, sous la présidence du gouverneur de la Région de Ségou, le contrôleur général de police Alassane Traoré. C’était en présence du chef de cabinet du ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, Lamine Alexis Dembélé.
Durant 3 jours, une quarantaine de participants venant des organes de mise en œuvre de l’Initiative (Comité de pilotage et Secrétariat permanent) ont été outillés sur les sept exigences de la norme ITIE 2019, les innovations et la nouvelle procédure de validation.

Le 2 août 2006 marque l’entrée de notre pays à l’ITIE. De cette date à maintenant, le Mali met en œuvre les exigences de cette norme à travers la publication de 10 rapports ce qui lui a valu d’être déclaré en 2019 pays ayant accompli des «progrès significatifs » dans la mise en œuvre de la norme ITIE 2016, avec des améliorations substantielles. Avant le 31 décembre 2021, notre pays passera sous la loupe du conseil d’administration de l’ITIE pour valider la norme 2019. Pour franchir cette étape ultime, le chef de cabinet du ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau pense qu’il est impératif de former les acteurs qui sont chargés de la mise en œuvre du processus ITIE au Mali, d’où la tenue de cet important atelier à Ségou.

Plusieurs initiatives ont vu le jour dans notre pays afin d’améliorer la gestion des affaires publiques. Parmi ces initiatives, le gouverneur de la Région de Ségou dira que celle pour la transparence des industries extractives au Mali occupe une place importante. Une politique nationale de transparence fut élaborée par le gouvernement au mois de juin 2018. Un des objectifs visés par le document cadre de cette politique est de compléter les actions de lutte anti-corruption menées jusque-là par la promotion et la mise en œuvre de mesures de prévention d’accès à l’information.

Selon Alassane Traoré, l’ITIE-Mali contribue à l’atteinte de cet objectif dans le secteur extractif à travers la transparence et la redevabilité dans la gestion des revenus issus du secteur minier dont une de ces exigences porte sur la publication régulière de rapports sur les flux financiers et les informations contextuelles.
En outre, le chef de l’exécutif régional a promis de ne ménager aucun effort pour soutenir la mise en œuvre du processus ITIE afin de permettre à notre pays d’atteindre le statut de progrès satisfaisant sur toutes les exigences de la norme ITIE-2019. Il a lancé un appel à tous les participants afin de s’approprier cette règle et formuler des recommandations pertinentes, pour une meilleure mise en œuvre de la norme ITIE-2019.

M. S.
Amap-Ségou

autho

Mamadou Sy

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

TWITTER