single

Cette opération concernera les déplacés vivant sur d’autres sites

Le chef de cabinet du Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA), Ibrahim Litny a remis mardi, un lot de produits alimentaires aux populations déplacées résidant au centre Mabilé de Sogoniko, en Commune VI. C’était en présence de la présidente du Réseau ouest-africain des jeunes femmes leaders (Roajel-Mali), Fatoumata Djiré et du 4è adjoint au maire de cette circonscription, Adama Doumbia.

Destinés à 88 ménages déplacés, ces dons sont composés de 43 tonnes de vivres, dont 37 tonnes de pâte alimentaire et huit tonnes de farine de céréales. De quoi rendre heureuses ces dizaines de familles. Le représentant des bénéficiaires, sourire aux lèvres, s’est dit très satisfait de recevoir ces cadeaux. Abdoulaye Bolly a remercié, au nom de tous les déplacés vivant au centre Mabilé, le Commissariat à la sécurité alimentaire pour ce soutien.

Ces offrandes répondent à un besoin constant du CSA de secourir les nécessiteux, mais à la demande cette fois d’une organisation de la société, a assuré son représentant. «Je pense qu’il était significatif de venir au centre Mabilé pour marquer la solidarité à l’endroit de ces déplacés qui ont passé trois ans dans ce camp. Je remercie le Roajel-Mali qui a sollicité l’appui du Commissariat à la sécurité alimentaire pour soutenir ces ménages», a dit Ibrahim Litny. Le chef de cabinet a souhaité voir, un jour, ces familles retourner dans leurs villages respectifs et dans une paix totale.

Après le centre Mabilé, cette opération concernera les déplacés vivant au niveau des camps de Sénou, de Faladié et de Niamana, a révélé Fatoumata Djiré. Elle en a profité pour lancer un cri du cœur au gouvernement et inviter les autres organisations à se mettre ensemble pour lancer un programme de développement intégré au profit de ces chefs et mères de familles qui ont fui le conflit. La présidente du Roajel-Mali a remercié à cet effet le Commissariat à la sécurité alimentaire pour l’appui apporté à ces déplacés dans le but d’améliorer leurs condition de vie.

C’est un problème national qui concerne chaque Malien quelle que soit la partie du territoire où il vit, a ajouté le maire Adama Doumbia, avant d’inviter d’autres organisations à emboîter le pas au CSA.

Fadi CISSÉ

autho

Fadi Cissé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER