single

La ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a effectué du 2 au 4 décembre une visite dans la Région de Sikasso.

Mme Bernadette Keïta était venue prendre contact avec les services rattachés à son département.

La première étape de sa visite a débuté jeudi dernier par la Direction régionale de l’assainissement, du contrôle des pollutions et nuisances (DRACPN).

À cette occasion, le directeur régional, Issa Fofana, a relevé le manque criard de pelles chargeuses, de bennes et d’engins spécialisés (Bulldozer) auquel le service est confronté pour l’enfouissement des déchets dans la cellule. S’y ajoutent, l’accès difficile aux casiers de la cellule pendant l’hivernage, l’absence d’une forme juridique pour la main d’œuvre utilisée pour le fonctionnement de la décharge.

Mme Bernadette Keïta a dit avoir pris note de ces préoccupations. Elle a assuré du soutien de son département, avant d’inviter à mettre un accent particulier sur l’assainissement et la sensibilisation des populations.

De la DRACPN, la ministre a mis le cap sur la Direction régionale des Eaux et Forêts (DREF). Cette structure couvre sept cantonnements et 51 postes des Eaux et Forêts et l’encadrement est assuré par 158 agents, a exposé son responsable, Mahamadou Seydou Maïga.

Plusieurs partenaires appuient la direction dans l’exécution de ses projets, dont la mise en œuvre est impactée par l’insécurité grandissante qui empêche les agents d’assurer le contrôle au niveau des forêts classées et réserves de faunes devenues l’habitat des bandits armés, les défrichements incontrôlés et les occupations humaines qui réduisent les surfaces affectées au domaine classé, l’orpaillage et les feux tardifs. Pour y faire face, Mahamadou Seydou Maïga, a souhaité, entre autres, un appui pour l’élaboration d’un Plan d’aménagement des forêts.

Soulignant l’importance des agents des Eaux et Forêts et les risques qu’ils encourent dans l’exercice de leur fonction en cette période d’insécurité, la ministre en charge de l’Environnement a promis de rendre compte aux autorités pour envisager ensemble les solutions appropriées pour un fonctionnement normal des services. Mme Bernadette Keïta a, par ailleurs, rappelé que le gouvernement de Transition a une mission bien déterminée. Priorité sera accordée aux urgences face aux énormes défis et vu le temps imparti, a-t-elle ajouté, tout en exhortant le personnel à plus de vigilance face à la Covid-19. Elle a aussi informé que des mesures sont en cours contre l’occupation illicite des forêts.

De cette direction, la ministre Keïta s’est rendue à la station d’épuration de l’hôpital régional de Sikasso, un ouvrage réalisé à hauteur de 400 millions de Fcfa par le gouvernement. Installée dans l’enceinte de l’hôpital, la station des eaux usées a une capacité de production estimée à 350 m3 par jour. Elle est une réponse aux risques infectieux liés aux effluents hospitaliers. Un réseau d’égouts de 1.500 ml muni de 77 regards de visite a été réalisé pour alimenter la station de traitement.

Mme Bernadette Keïta s’est également rendue à la forêt classée de Kaboïla, avant de mettre le cap sur la décharge de Sikasso qui manque d’équipements. Elle a bouclé sa journée en rendant une visite de courtoisie aux notabilités.


autho

Aminata Dindi Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER