single

Cette unité contribuera à la diversification des produits à base de niébé

Une unité de traitement du niébé (haricot) pour soutenir le groupement de femmes «Union Sabati» sera réalisée à Zantiébougou (Cercle de Bougouni). La première pierre de l’usine a été posée lundi, en présence du ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Mahmoud Ould Mohamed, du Commissaire à la sécurité alimentaire, Redouwane Ag Mohamed Ali, de la directrice du Programme alimentaire mondial au Mali (PAM), Sally Haydock, du gouverneur de la Région de Bougouni, le général Kéba Sangaré et du coordinateur de la Société de coopération pour le développement international (Socodevi), Ankoudiè Arama.

Intitulé «Amélioration de la qualité du riz paddy et de la qualité de transformation du niébé pour une nutrition améliorée et un développement accru des agriculteurs», le projet englobe les Régions de Ségou et Sikasso.
Il est une initiative de la Socodevi, en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM). Il touche directement cinq organisations paysannes de 14.647 membres : Faso Jigi, Paccem, Arpaso, Fecopon, Faranfasi-So et Sabati. Les travaux de construction commenceront le 1er avril prochain pour prendre fin le 31 décembre 2021.

D’une valeur de plus de 173 millions de Fcfa, l’unité de transformation de niébé est située dans une zone de production agricole. Elle contribuera à la diversification des produits à base de niébé, à la conquête de marchés tout en offrant aux consommateurs des produits finis de qualité. Aussi participera-t-elle à la hausse du volume de produits commercialisés sur les marchés nationaux et sous-régionaux, à l’amélioration des revenus et conditions de vie des producteurs.

Pour le maire de Zantiébougou, Seydou Koné, la construction de cette unité qui s’ajoute à bien d’autres projets en cours, contribuera à augmenter les revenus de la Commune en général, et ceux des femmes en particulier. Quant à la directrice de la PAM, elle s’est dit satisfaite des réalisations faites par les femmes de Zantiébougou depuis 2010.
«Je suis contente en tant que femme, en voyant une organisation composée de plus de 1.800 productrices et qui se présente comme un moteur de la richesse et de la prospérité d’une communauté en créant des emplois et d’autres opportunités», a-t-elle indiqué. Sally Haydock a remercié la Banque mondiale, les autorités maliennes, Sodecovi et les autres partenaires pour leur soutien et le travail accompli.

Pour le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, ce projet combine les priorités de la Politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PolSAN) et la Politique de développement agricole (PDA). Mahmoud Ould Mohamed dira que l’objectif de ce projet est la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que le développement du secteur agricole par la création d’emplois et l’augmentation des revenus des producteurs.

Kadidiatou Koné, présidente du Groupement de femmes «Sabati», s’est dit très heureuse pour la construction de cette unité de transformation. Selon elle, l’initiative qui a commencé tout petit en 2009 est devenue un projet national qui fera la fierté du Mali.

«Nous produisons le fonio, le sorgho, le niébé, l’arachide, le petit mil, le maïs que nous transformons en différents produits alimentaires riches en nutriments», a-t-elle dit, ajoutant que les différents produits alimentaires transformés sont vendus entre 500 et 1.000 Fcfa pour 1 kg en fonction de la céréale.


Envoyé spécial
Oumar SANKARÉ

autho

Oumar Sankaré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER