single

Les membres du gouvernement entourés des étudiants et des responsables universitaires

L’amphithéâtre de l’Université de Ségou a abrité jeudi dernier les travaux d’un atelier de formation en faveur des membres des bureaux de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM). La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou Keita. C’était en présence de son collègue de l’Éducation nationale, Mme Sidibé Dédéou Ousmane. Ont pris également part à la cérémonie le recteur de l’Université de Ségou Dr Esaï Daou, le secrétaire général de l’AEEM, Siriman Seydou Niaré, ainsi que les autorités politiques, administratives et notabilités de Ségou.

Initiée par le Centre national des œuvres universitaires (Cenou) la formation qui a duré 3 jours était destinée à faire : «Ensemble pour un espace scolaire et universitaire sain, sécurisé et studieux». Il s’agit à travers cette rencontre de faire acquérir aux membres de l’AEEM un ensemble de connaissances et outils leur permettant de mener à bien leur mission de représentants des élèves et étudiants dans un espace scolaire et universitaire sain, sécurisé et studieux.

Ainsi, lors de la session, les feuilles de route issues du forum et la charte du vivre ensemble ont été présentées. Il a aussi été rappelé aux étudiants les règles de vie et d’études sur les campus sociaux et pédagogiques. Les participants ont pris connaissance des valeurs culturelles et sociétales permettant aux étudiants d’avoir des comportements honorables dans l’espace scolaire et universitaires ainsi que dans la société en général.

Le secrétaire général de l’AEEM s’est réjoui de cette initiative qui vient soutenir son bureau à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. En effet, installé il y a six mois, Siriman Seydou Niaré s’est félicité du fait qu’il a été élu sans violence. Une première depuis fort longtemps dans l’espace scolaire et universitaire dans notre pays. Les renouvellements des bureaux de l’AEEM sont source de violences occasionnant des morts d’hommes.

Voilà pourquoi, le premier responsable de l’AEEM plaide pour la pérennité de cette initiative de formation en faveur de ses membres. «Cette session de formation permettra à l’AEEM de travailler pour un espace scolaire et universitaire stable, sécurisé débarrassé de toutes violences», a promit Siriman Seydou Niaré. Quant au ministre de l’Éducation nationale, elle a rappelé les objectifs de la création de l’AEEM. Elle défend des intérêts matériels et moraux des élèves et étudiants.

L’idéal associé à cet objectif, a expliqué Mme Sidibé Dédeou Ousmane, a été malheureusement galvaudé par des années de turbulences marquées par la violence dans l’espace scolaire avec à la clé, des arrêts de cours, des années tronquées voire des années blanches. Cependant, il y a eu un moment, a-t-elle dit, l’AEEM veut se racheter. Voilà pourquoi, elle s’est inscrite dans la dynamique d’une école performante et apaisée.

La ministre a félicité le bureau pour cette dynamique enclenchée. Elle fera comprendre que le monde scolaire est compétitif et ne réserve ses opportunités qu’à ceux qui sauront concilier savoir, savoir-faire et savoir être. Actualité oblige, Mme Sidibé Dedeou Ousmane a saisi l’occasion pour inviter le monde enseignant singulièrement la Synergie à travailler à l’unisson pour une éducation de qualité. La synergie est invitée à privilégier le dialogue enclenché avec le gouvernement.

S’adressant aux étudiants, le Pr Amadou Keita a déclaré «vous êtes à une période où vous pouvez choisir. Alors pour vous, pour votre famille, pour le Mali faites le bon choix». Avant d’ajouter que l’image du monde scolaire malien n’était pas reluisante. Elle était animée par des violences qui ont endeuillé plusieurs familles. Il s’est réjoui de la prise de conscience de l’AEEM qui veut désormais travailler pour une école performante, apaisée et sécurisée. Il a rassuré de sa disponibilité et de celle de son département pour entretenir ce nouveau partenariat responsable entre les responsables scolaires et l’AEEM.



Mariam A. Traoré
Amap-Ségou

autho

Mariam A. Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER