single

Maître Siaka Camara (g) en compagnie d’un invité de la cérémonie

Il existe désormais un guide pratique pour l’enseignement des arts martiaux maliens. L’ouvrage a été présenté au grand public, le samedi 31 juillet à l’Institut Delta-C à Daoudabougou par son auteur, Maître Siaka Camara. Celui-ci avait à ses côtés le parrain Cheick Oumar Soumano. Ce document de 11 pages, premier du genre pour les pratiquants des arts martiaux du Mali, parle, entre autres, de l’enseignement des arts martiaux, les différences entre les pratiquants, l’atmosphère dans les salles, la gestion de la communication, la relation avec le voisinage.

«Nous avons jugé nécessaire d'apporter notre petite contribution à l'enseignement des arts martiaux, en mettant à la disposition de nos camarades enseignants quelques solutions adéquates pour la bonne marche de leur encadrement.Dans les arts martiaux, l'enseignant a un rôle capital, vu qu'il est un repère pour les enfants.Il montre la voie complète de l'éducation familiale et a un devoir de conscience dans la société», a indiquéMaître Siaka Camara, 2è dan de vovinam viet vo dao.

Il ajoutera : «Nous avons constaté dans l'enseignement qu'il ne suffisait pas d'avoir une salle et des élèves ou de connaître les techniques, pour être un bon enseignant. Même quand on a ces qualités, on peut souvent rencontrer des difficultés pouvant entraver la bonne marche de l'enseignement. Très souvent, les difficultés sont d'ordre pédagogique et social. Ce guide peut aider à comprendre comment construire et structurer la qualité des enseignants d'arts martiaux.

Ainsi, de manière formelle, on pourrait penser que la pratique de l’art martial et son enseignement sont passés d'une forme qui se définit comme un métier de vocation et une voie de salut, légitimés par une conception traditionnelle et charismatique du rapport entre le Maître et l’élève».La présentation du document, a été suivie de témoignages et des suggestions. «Je félicite l’auteur du document, je pense que les pratiquants d’arts martiaux ont aujourd’hui besoin d’un tel document, qu’ils soient encadreurs ou élèves.

Si je prends mon expérience personnelle, avant d’avoir ma ceinture noire, j’ai eu à faire quatre différentes salles et chaque Maître avait ses méthodes d’enseignement. Hors, de mon point de vue, les méthodologies d’enseignement devaient être les mêmes. Quand on a un document qui indique comment un art martial doit être enseigné, je pense que c’est une très bonne chose», a dit le parrain Maître Cheick Oumar Soumano qui préside aux destinées de la Fédération malienne de boxe arabe (FMBA).

Pour mémoire, Maître Siaka Camara est ceinture noire, 3è dan de karaté shotokan, 2è dan de vovinam viet vo dao (VVVD), instructeur krav maga et secrétaire à l'organisation de la Fédération malienne de VVVD. Il est le promoteur du club Camara.

Seïbou S. KAMISSOKO

autho

Seïbou S. Kamissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER