single

La CANAM offre ses services à plus d’un million de bénéficiaires

«À bon vin point d’enseigne». Cet adage sied comme un gant à l’Assurance maladie obligatoire (Amo), un régime de protection sociale qui représente une réelle bouffée d’oxygène surtout pour les Maliens moyens, dont les portefeuilles sont pressurés par une conjoncture économique liée au contexte actuel (crise sociopolitique et pandémie du coronavirus). La gestion de ce régime relève de la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam) qui a tenu, hier, la 22è session de son conseil d’administration dans les locaux du Conseil national du patronat.

La réunion était présidée par le président du conseil d’administration, Pr Mamady Kané, en présence du nouveau directeur général de l’établissement, médecin-général Boubacar Dembélé (il a pris les rênes de la boîte en décembre dernier), de son adjoint Abdou Touré.
Les administrateurs ont opiné sur le rapport d’activité et l’exécution du budget de l’exercice écoulé à la date du 30 novembre 2020, avant de se prononcer sur le rapport d’activités et le projet de budget de 2021. Un constat. Nos compatriotes sont certes en droit de tresser des couronnes à la Caisse pour la bonne mise en œuvre de ce régime de prise en charge du risque maladie chez les fonctionnaires et autres travailleurs régis par le Code du travail, mais aussi d’exiger d’elle plus de fluidité dans l’accès aux soins.

Les responsables de l’établissement qui sont conscients des énormes attentes des assurés et de leurs ayants droit, continuent de faire des pieds et des mains pour répondre aux exigences et aux défis de l’heure, notamment celui d’amorcer le virage de l’opérationnalisation du Régime d’assurance maladie universelle (Ramu). à ce propos, le directeur général de la Canam a expliqué que sa structure se trouve à un tournant important de la vie de la nation, notamment le basculement de l’Amo vers le Ramu et a donc besoin de l’accompagnement pour réussir cette transition.

«La Caisse prend en compte ceux qui cotisent mais lorsqu’on va basculer vers le Ramu, ceux qui ne cotisent pas et ceux qui sont dans le secteur informel qui représentent 78% de la population vont être pris en compte», a expliqué le patron de la Canam. Il est aussi revenu sur certaines difficultés liées à l’ouverture et à la fermeture des droits, à la distribution des cartes, entre autres. Le médecin-général a donc confirmé que des mesures urgentes ont été prises pour régler ces problèmes et satisfaire les usagers, avant d’expliquer qu’un groupe d’experts travaille sur le basculement vers le Ramu.

La Canam aussi a vécu l’exercice 2020 dans les mêmes conditions marquées par la crise sociopolitique et la Covid-19 que de nombreuses autres structures et dans divers secteurs d’activité, mais elle a pu dérouler des activités essentielles. à ce titre, la Caisse a acquis 311.500 feuilles de soins, 150 cachets secs pour les prestataires (ce qui doit permettre d’atténuer la fraude). Il faut aussi souligner que 125.414 personnes ont été enrôlées sur la période du 1er janvier au 30 novembre 2020, portant à 1.085.792 le nombre total de sujets enrôlés. L’administration de l’établissement a aussi multiplié les initiatives et actions de renforcement des capacités du personnel et d’amélioration des conditions de travail.

Le président du conseil d’administration a énuméré comme contraintes dans la mise en œuvre du programme d’activités l’impact de la Covid-19, la non-adhésion des travailleurs des banques et de la société de téléphonie, Telecel, et le retard dans l’immatriculation et la production des cartes d’assurés dû à l’attente de la bascule vers le système d’information biométrique de type web service. Il a aussi évoqué l’insuffisance de l’effectif pour les opérations d’immatriculation et de distribution des cartes d’assurés.

Et Pr Mamady Kané d’indiquer qu’à la date du 30 novembre 2020, la Caisse a mobilisé plus de 56,1milliards de Fcfa avec un taux de réalisation de 84% par rapport au montant prévisionnel annuel qui se chiffré à plus de 67 milliards. Pour l’exercice 2021, le budget de la Canam est estimé à un peu plus de 75 milliards de Fcfa contre un peu plus de 67 milliards l’année dernière.

Bréhima DOUMBIA

autho

Bréhima Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER