single

Notre pays abritera du 5 au 9 juillet prochain, la 2è assemblée plénière du Comité interparlementaire du G5 Sahel (CIP-G5 Sahel). Le thème central est «le rôle des parlementaires dans le renforcement de la participation citoyenne aux initiatives de développement et de paix au Sahel».

La création du CIP-G5 Sahel est la traduction concrète d’un engagement commun à mettre en place un cadre de coopération et d’actions parlementaires dans l’édification de la paix, gage de développement durable au Sahel.

Assurant leur mission de représentation et poursuivant les objectifs d’une gouvernance vertueuse et d’une légitimité renforcée, les parlementaires entendent jouer pleinement leur rôle à travers des actions conjointes sous diverses formes : mission d’information parlementaire, contrôle, conciliation, facilitation, alerte, intermédiation, sensibilisation, tout en restant dans les limites de la séparation des pouvoirs. L’enjeu étant de s’assurer que ces actions correspondent à des besoins réels et prioritaires et que les approches et instruments d’interventions soient appropriées et efficientes.

La partition des parlementaires du CIP-G5 Sahel est également de contribuer à l’information et à la sensibilisation des populations et des communautés qu’ils représentent en vue de renforcer leur adhésion à toute initiative en leur faveur. C’est aussi de partager les aspirations réelles des populations avec l’exécutif depuis l’identification jusqu’à la mise en œuvre des actions. Et enfin, mener au besoin, le plaidoyer nécessaire à un retour durable de la paix et de la sécurité au Sahel.

En plus des organes d’orientation et de décision, le CIP-G5 Sahel est organisé en cinq commissions générales : défense et sécurité ; affaires sociales et migrations ; développement, infrastructures et environnement ; économie, finances et budget et enfin gouvernance, justice et droits. Celles-ci sont soutenues dans leurs actions par un secrétariat exécutif basé à Niamey.

Selon les textes du CIP-G5 Sahel, la session plénière est précédée des réunions des cinq commissions qui dureront trois jours et seront ouvertes aux membres desdites commissions. Celles-ci se réuniront ensuite simultanément entre elles durant deux jours. La 2è assemblée plénière sera marquée par la présence des présidents des Parlements du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad en plus de celui du Conseil national de Transition (CNT) ainsi que des parlementaires des cinq pays de l’espace. La cérémonie d’ouverture de la plénière est prévue le jeudi 8 juillet à 10 heures au Centre international de conférences de Bamako.

Dieudonné DIAMA

autho

Dieudonné Diama

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER