single

Les groupes de travail ont été mis en place, le règlement intérieur a été adopté. C’était au cours d’une réunion de l’organe consultatif dont l’ouverture était présidée par
le Premier ministre

Hier dans un hôtel de Bamako, le Comité d’orientation stratégique pour les réformes politiques et institutionnelles s’est réuni pour sa première réunion qui intervient moins d’un mois après la session inaugurale. Cette rencontre consacrait le démarrage effectif des travaux de cet organe consultatif avec à l’ordre du jour l’adoption du règlement intérieur et la mise en place des groupes de travail.

Ouvrant les travaux en présence de deux ministres et la quasi-totalité des membres du COS, le Premier ministre a félicité ses interlocuteurs pour leur assiduité aux réunions précédentes, ainsi que de l’engouement toujours croissant que suscite cette initiative majeure.

Moctar Ouane reste convaincu que ce cadre constitue la structure idoine pour réussir les réformes politiques et institutionnelles nécessaires à l’émergence du Mali nouveau. Une entreprise qui se heurte depuis de nombreuses années à des forces rétives au changement et à la nouveauté.

Cette fois-ci, avec ce cadre et le contexte de transition, les acteurs sont optimistes quant à l’issue de cet énième processus.

Cette réunion du COS intervient moins d’un mois après la mise en place de la structure

Selon Moctar Ouane, les différentes rencontres ont déjà permis de donner un contenu, un visage et du sens à la réflexion collective entamée depuis février 2021. Cette première étape franchie, montre qu’il est possible de transcender les divergences et de créer l’unité au chevet d’un pays qui compte sur l’implication de tous ses fils pour relever les défis sécuritaires, économiques et sociaux.

Cependant, a-t-il tenu à souligner, cet espoir naissant autour du COS s’accompagne de fortes attentes des populations. À travers les réformes, les «Maliens veulent, au-delà de l’amélioration de la gouvernance, que nous parvenions à l’établissement d’un contrat de confiance entre gouvernants et gouvernés».

À cet égard, les défis sont de plusieurs ordres. Mais, pour le Premier ministre, ils commencent en premier lieu par «l’impérieuse nécessité de retrouver ce qui nous unit, notre cher pays». En effet, a-t-il poursuivi, les réformes souhaitées par les Maliens ne peuvent aboutir sans l’implication de toutes et de tous.

Pour le gouvernement, il est clair que la Refondation voulue par le peuple est une entreprise collective qui ne saurait être confinée dans un cercle restreint. Le Premier ministre s’est donc réjoui du fait que les acteurs aient trouvé une réponse conceptuelle adaptée à ce besoin d’inclusion. À présent, a-t-il exhorté, il faut amorcer les phases suivantes, tout en consolidant les acquis.

À la suite de cette rencontre et en vue de permettre au Comité de définir le périmètre des réformes, le chef du gouvernement a annoncé la tenue très prochaine d’une retraite des membres du COS. Selon lui, cette réunion sera l’occasion de discuter en profondeur des réformes et d’obtenir une feuille de route réaliste pour leur conduite.


Issa Dembélé

autho

Issa Dembelé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER