single

Dans une réflexion consacrée à la relation de l’être humain avec le Créateur Suprême, un théologien recourant à une métaphore notait que : «lorsque un homme est victime d’un cauchemar, et qu’en plein rêve il se met à invoquer Dieu à son secours, il se réveille infailliblement».

Pour le théologien, ce phénomène traduit le fait que l’intelligence consciente de l’Absolu, subsiste dans le sommeil comme une personnalité distincte et que notre esprit reste en dehors de nos états d’illusion. Établissant le parallèle avec la condition humaine, l’érudit soulignera que «lorsqu’il appelle Dieu, l’homme finira par se réveiller aussi de ce grand rêve qu’est la vie, le monde». Le théologien voit dans cet appel la consécration de l’oraison pure, la forme la plus intime du don de soi.

Pour lui, tel est le recours des âmes avides de perfection spirituelle. En évoquant l’attitude du croyant porté vers l’approfondissement de sa foi, les exégètes l’assimilent à la caractéristique divine, appelant à l’humilité : «Ô hommes, vous êtes les indigents ayant besoin d’Allah, et c’est Allah, Lui qui se dispense de tout et Il est Le Digne de louange.» (35-15). Cette pauvreté se définit selon les oulémas comme l’attitude spirituelle de détachement consistant à préférer l’Au-delà aux biens de ce monde, et d’effacement de l’homme devant la Réalité divine. Cette attitude dans son essence est éloignée de toute excentricité ou de manifestation extérieure.

La tradition rapporte à cet effet les propos d’un ouléma à son souverain : «Gardes toi de ce monde avec toute la prudence dont tu es capable. Car il ressemble au serpent, doux au toucher, mais dont le venin est mortel. Détourne-toi de tout ce qui t’enchante en lui pour le peu de temps que tu as à passer en sa compagnie». Ainsi pour le sage, la vraie voie passe par le dépassement de soi-même dans cette orientation, tel qu’évoqué dans les dires du Guide de l’islam (PSL) : «Adore Dieu comme si tu le voyais, car si tu ne le vois pas, lui par contre te voit». Par cette attitude, le fidèle est appelé à transformer la contingence naturelle de l’âme en adoration.

L’invocation du nom divin, le Digne de louange, est la voie indiquée à cet effet, complétée par une soumission parfaite au Tout-Puissant, et le maintien d’un équilibre à travers l’ascèse spirituelle. Pour y parvenir les oulémas distinguent différentes phases dont celles de la crainte de la purification et la quête de la connaissance qui, à leurs yeux dépouille le croyant de son ignorance et le délivre de toute altération. Soulignant à ce propos l’importance du savoir pour l’être humain, un érudit notera que : «la source de toute vertu est l’insatisfaction vis-à-vis de soi-même.

Il vaut mieux pour toi, de tenir compagnie à un ignorant insatisfait de lui-même qu’à un savant auto satisfait». Et l’homme de savoir de s’interroger ainsi : «quelle connaissance habite un savant auto satisfait, et quelle ignorance habite un ignorant insatisfait de lui-même ?» C’est dans cet esprit que les oulémas encouragent l’organisation de rencontres spirituelles. Ils se fondent en cela sur le hadith selon lequel : «chaque fois que des hommes se réunissent pour invoquer le Seigneur, les anges les entourent, la faveur de Dieu les enveloppe, la paix descend sur eux».

A. K. Cissé

autho

Abdoul Kadry Cissé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER