single

L'atelier vise à favoriser les groupes spécifiques de femmes, de jeunes et l'égalité du genre

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) est convaincue qu'une pratique professionnelle et éthique du journalisme a besoin d'une formation de qualité. Pour matérialiser cette conviction, l'organisation onusienne, àtravers la Commission nationale malienne pour l'Unesco et l'Isesco, organiser depuis, lundi dernier, à la Maison des aînés, une formation sur les normes professionnelles et de déontologie du journalisme à l' endroit de trente-cinq jeunes et femmes journalistes. La cérémonie d'ouverture de cet atelier était acquise par la conseillère du ministère de la Communication, l'Économie numérique de la Modernisation de l'Administration, Mme Tiouta Traoré en présence de la secrétaire générale de la Commission nationale malienne pour l' Unesco et l'Isesco, Mme Diallo Kadia Maïga.

Cette session de formation de 4 jours se situe dans le cadre des activités du programme de participation de l'Unesco dans notre pays. Les journalistes bénéficiaires sont issus des organes de presse écrite, des radios et télévisions du pays du District de Bamako et de plusieurs régions. L'objectif est de renforcer la capacité des participants en matière de normes professionnelles et de code de déontologie du journalisme, d'améliorer les capacités des femmes et des jeunes journalistes dans le traitement de l'information, et d'améliorer la qualité des informations diffusées. L'atelier vise également à favoriser les groupes spécifiques de femmes, de jeunes et l'égalité du genre dans le développement des femmes.

La secrétaire générale de la Commission nationale malienne pour l'Unesco et l'Isesco médias a expliqué que le secteur des pays dans notre pays souffre d'un déficit de formation des ressources humaines, notamment chez les femmes et chez les jeunes journalistes. Aujourd'hui, a-t-elle ajouté, la communication devient une nécessité d'informer, de prendre conscience, mais aussi de se donner les moyens d'entrer en contact avec la population. Mme Diallo Kadia Maïga a invité les participants à restituer les acquis de la formation à leurs collègues qui n'ont pas eu la chance de participer à cet atelier.

La conseillère technique du ministère de la Communication, l'Économie numérique et de la Modernisation de l'Administration a remercié l'Unesco pour la promotion de la libre circulation des idées et son appui financier à la formation des femmes et des jeunes journalistes du Mali . Cet atelier qui survient peu avant les élections dans notre pays témoigne de l'engagement de l'organisation onusienne sans réserve pour toutes les questions relatives au développement des médias et à la régulation des normes professionnelles, poursuit-elle.

Mme Tiouta Traoré a également souligné que l'insuffisance de formation, peut se mesurer à la qualité du traitement des informations diffusées par les journalistes qui ne prennent pas toujours le temps de faire des enquêtes journalistiques rigoureuses. à cette préoccupation, elle ajoutera que l'ignorance du code de conduite des journalistes est l'un des problèmes, dont souffre le secteur des médias dans notre pays. Elle a fait remarquer que la formation des jeunes et des femmes de médias figure parmi les grandes priorités des plus hautes autorités du Mali.


Mohamed D. DIAWARA

autho

Mohamed D. Diawara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER