single

La société Énergie du Mali (EDM-Sa) entre en guerre contre les fraudeurs d’électricité. Sa direction générale est décidée à mener une lutte implacable contre les branchements illicites dont les auteurs seront traqués et punis conformément à la loi. L’annonce a été faite mardi par le ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau. Lamine Seydou Traoré animait une conférence de presse, en présence du directeur général de l’EDM-Sa, Oumar Diarra. L’objectif de la rencontre avec les hommes de médias était de leur présenter les dispositifs de lutte élaborés à cet effet et qui seront mis en œuvre dans les jours à venir.

Pour le ministre Traoré, il importe de maîtriser les coûts et surtout de revoir le plan d’affaires de nos sociétés. À titre d’illustration, EDM-Sa a perdu 39 milliards de Fcfa en 2019. Les déperditions sont estimées à plus de 75 milliards de Fcfa en 2020, a expliqué le principal conférencier. Aussi, les fraudeurs font partie des causes fondamentales qui empêchent cette société nationale de transporter l’électricité pour la mettre à la disposition des localités éloignées, a-t-il déploré. Face à cette situation insoutenable, il urgeait d’envisager des solutions. À cet effet, le ministre Lamine Seydou Traoré a dit avoir instruit aux nouveaux dirigeants de la société EDM deux grandes orientations à savoir, la politique de maîtrise des coûts de l’électricité et la transformation du plan d’affaires.

La politique de maîtrise des coûts consiste à une lutte implacable contre la fraude sur l’électricité. Ce fléau caractérisé par les branchements illicites fait perdre environ 7 milliards Fcfa par an à EDM-Sa. Pour y mettre un frein, le ministre Traoré précisera que le moyen choisi est de mener un plan d’assainissement de la base de données clientèle en lançant cette vaste opération de contrôle continu des réseaux de distribution sur toute l’étendue du territoire.

Cette opération sera menée de jour comme de nuit chez tous les clients sans exception, a-t-il prévenu. «À la fin de cette vaste campagne, nous espérons améliorer le taux de facturation et la trésorerie de l’entreprise, augmenter le chiffre d’affaires, réduire la saturation illicite du réseau et offrir un meilleur service à la clientèle qui sera couplé à un traitement égal de tous les abonnés», a insisté le ministre en charge des Mines, de l’Énergie et de l’Eau.

Il précisera que les agents de l’EDM, dans le cadre de leur travail, vont avoir un badge qui permettra aux usagers de les identifier, avant d’inviter la population à aider la société nationale d’électricité à réussir cette campagne. Dans son intervention, le directeur général de l’EDM a rappelé que la fraude coûte environ 7 milliards de Fcfa par an à sa société «Ne pas lutter contre cette fraude revient à endiguer tous les efforts que nous avons entrepris pour le redressement opérationnel et financier de cette société. La lutte contre la fraude a toujours existé à l’EDM. Nous avons simplement décidé de redynamiser cette lutte pour la rendre plus pérenne et plus rigoureuse», a expliqué Oumar Diarra.

Pour lui, cela consistera à traquer les fraudeurs partout où ils sont de façon systématique et méthodique en utilisant tous les moyens de droit, notamment la règlementation pénale à laquelle la fraude est assujettie. «Nous allons aller beaucoup plus loin, c’est-à-dire que les clients fraudeurs ne seront plus traités comme les clients normaux de l’EDM. Ils pourront ne plus avoir l’électricité dès l’instant qu’il est établi que la fraude a existé longtemps. Nous comptons mieux nous occuper des clients normaux que des fraudeurs», a détaillé le directeur général de l’EDM SA.


Makan SISSOKO

autho

Makan Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER