single

Le ministre Traoré (3è à d) sur le chantier de la Centrale thermique de Sirakoro

En cette période de canicule, les délestages multiples affectent populations et commerces, entraînant un mécontentement général. Pour résoudre cette crise énergétique, les autorités se disent à pied d’œuvre afin de produire l’énergie suffisante pour tout le pays. Dans cette optique, le ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau Seydou Lamine Traoré a effectué à une visite de terrain pour constater l’évolution des travaux.

Pour ce faire, le premier responsable du département, accompagné du directeur général de l’EDM S.A, Oumar Diarra se sont rendus sur le site de construction d’une centrale thermique au fioul lourd, à Sirakoro. Cette centrale, une fois terminée, produira 1/4 du besoin en énergie du Mali estimé à 400 MW.
D’un coût global de 68,9 milliards Fcfa, elle est construite sur une superficie de 2,5 hectares et doit produire 112 MW, avec une puissance garantie de 100 MW. Les travaux sont exécutés par la société Matelec S.A, pour un délai de 18 mois.

Selon le chef de l’Unité de gestion du projet, Ousmane Coulibaly le taux d’exécution des travaux est de 45%. Ils devraient prendre fin au plus tard le 22 avril 2022. La centrale thermique est constituée de dix réservoirs, dont trois grandes de 4.500 m3 pour le fioul lourd, une cuve gasoil de 2.000 m3, deux réservoirs de 500 m3 pour les huiles, un réservoir d’eau de 1.000 m3 pour la protection incendie et un autre de 560 m3 pour les eaux de service ainsi qu’un réservoir de déchets, entre autres.

Aussi, la centrale est constituée de deux transformateurs de 75 MVA qui vont monter la tension à 150 kilovolts pour évacuer le courant à travers une ligne souterraine. Aux dires de Ousmane Coulibaly, une grande partie de la consommation sera absorbée par ces transformateurs et la seconde partie sera envoyée sur la ligne 150 vers Kalaban ou Balingué.

Par ailleurs, il est prévu une réhabilitation de la ligne en deux ternes dans le cadre du projet afin de dédoubler la capacité de transit. Le chef du projet assure que les travaux seront finis le 22 avril 2022 et informe qu’ils font cependant face à un problème d’occupation des emprises.

Pour le ministre Seydou Lamine Traoré, cette centrale «permettra de sortir pratiquement de notre dépendance en terme de fourniture d’énergie vis-à-vis des pays voisins». Et de promettre que l’année prochaine, à pareil moment, le Mali sera sortie de cette ornière. Aussi, suite à la plainte des populations riveraines de Sirakoro, cette centrale aura une moindre nuisance sonore.

Deuxième point visité. La centrale mobile de Sotuba. Construite sur une superficie de 2,5 hectares, elle est logée dans l’enceinte de l’Institut d’économie rurale. Cette centrale mobile produit 20 MW et est constitué de 22 groupes d’une capacité d’un mégawatt chacun. Ce site, géré par Aksa Mali S.A et le deuxième site à Badalabougou, participe à la résolution du problème de transit. Les deux produisent 40 MW.

Pour le ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, Seydou Lamine Traoré, cette centrale mobile fait partie des dispositions immédiates prises pour prévenir la période de forte demande. Cela permettra de résoudre et de combler le déficit creusé à cause des difficultés rencontrées par un pays voisin, fournisseur d’énergie au Mali. «Nous travaillons à éradiquer la fracture énergétique pour que l’eau et l’électricité puissent être un outil de croissance, de développement social et de rapprochement entre tous les Maliens», a-t-il insisté.

Rappelons que lors de sa dernière conférence de presse, le ministre avait annoncé 2.300 milliards de Fcfa nécessaires pour doter tout le Mali d’énergie. Ce montant est reparti en trois catégories : 1.400 milliards de Fcfa apportés par les investisseurs privés dans le cadre du Partenariat public-privé, 400 milliards de Fcfa levés sur le marché financier, et 500 milliards de Fcfa du budget national.

Au terme de la visite, le ministre Seydou Lamine Traoré, s’est dit satisfait de l’évolution des travaux. Il a félicité les équipes pour l’installation des centrales mobiles en moins de trois mois.


Oumar SANKARÉ

autho

Oumar Sankaré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER