single

Dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route du gouvernement, le ministère de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle a procédé, lundi dernier, à la présentation des grands axes de son département. La rencontre était présidée par le ministre de tutelle, Bakary Doumbia.

Pour Drissa Guindo, secrétaire général du ministère de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, la concrétisation des axes prioritaires fixés par le gouvernement de Transition passe par une large contribution du département.

Il s’agit de la sécurité, des réformes politiques et institutionnelles, de l’organisation d’élections crédibles, de la réduction du train de vie de l’État, de la moralisation de la vie publique, de la fin de l’impunité et de la satisfaction d’une part importante de la demande sociale.

À cet effet, Drissa Guindo a indiqué que les résultats à atteindre par le département sont de deux ordres : créer les conditions contribuant à l’apaisement du climat social et donner des opportunités d’emploi aux populations en milieu urbain et rural.

La démarche se focalisera sur le dernier point qui sera la contribution du département à la réussite de la Transition, a-t-il soutenu. Pour ce faire, différentes activités seront mises en place, notamment les activités transversales, les activités spécifiques de développement d’une stratégie de mise en œuvre, les activités de suivie et évaluation.

Concernant les activités transversales, il s’agira d’améliorer substantiellement la communication du ministère et de ses services rattachés mais aussi d’assurer une meilleure visibilité de la politique nationale de l’emploi et des grandes réalisations dans ce secteur. Pour les activités spécifiques, les agences (APEJ, FAFPA, ONEF, ANPE, INIFORP) et autres projets/programmes portés par le département sont invités à présenter au ministre de tutelle les activités réalisables d’ici décembre 2021.

«Les activités urgentes porteront sur les programmes suivants: le Mali au travail, la formation et l’aide à l’insertion professionnelle de 300 jeunes déscolarisés ou au chômage dans les marchés de l’emploi digital, la mobilisation de la diaspora pour l’emploi, l’initiation d’une démarche de recherche de financement et le recrutement des formateurs pour les Centres de formation professionnelle», a détaillé le secrétaire général du ministère de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

La mise en œuvre de la stratégie du département s’articulera autour de la collaboration inter agence, du plaidoyer, du développement du partenariat et le dialogue social. À cela s’ajoute le rôle des acteurs et le suivi-évaluation. Le secrétariat général s’occupera des contacts pour l’établissement des partenariats et du suivi des conventions.

Le cabinet se chargera des quatre programmes d’urgence et l’élaboration du plan de plaidoyer. Les chefs de service devront rendre compte tous les mois au cabinet des résultats obtenus, des obstacles et des ressources financières utilisées pour l’obtention des résultats présentés.

Pour le ministre de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, cette rencontre permettra de matérialiser la vision de son département pour la réussite de la Transition. « Nos priorités se basent sur les activités urgentes dont l’insertion de 300 jeunes, le recrutement des formateurs et la mobilisation des ressources», a expliqué Bakary Doumbia.

Oumar SANKARÉ

autho

Oumar Sankaré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER