single

Cette initiative vise à instaurer les relations dynamiques entre la culture, l’artisanat et le tourisme

«Quelle perspective pour la culture en période de Covid-19 ?», tel est le thème retenu pour la 1ère édition du Festival international de Sikasso (FISKO). La cérémonie de lancement était présidée, mercredi dernier par le préfet du Cercle de Sikasso, Dramane Diakité. Parrainé par le Conseil régional de Sikasso, cet événement qui a eu lieu au stade municipal de Sikasso a enregistré la présence de la représentante de la direction régionale de la culture Maba Fatima Diallo, du président de la Chambre des métiers Aliou Traoré et du président de la commission d’organisation du FISKO Mamoutou Sanogo.On notait également la présence du représentant du maire de la commune urbaine de Sikasso Diafara Berthé et de nombreux invités. Durant une semaine, les festivaliers venus de plusieurs contrées du pays offriront, entre autres, au public, une foire exposition, le défilé de mode, les manifestations culturelles, les visites touristiques, prestations d’artistes, conférences-débats et des concerts géants.

à l’entame de ses propos, le préfet du Cercle de Sikasso, Dramane Diakité a indiqué que l’objectif de cet événement à caractère culturel, artisanal et touristique est de faire découvrir au grand public la diversité culturelle. à l’en croire, à travers ce festival, les organisateurs promouvront la paix, la tolérance et le respect de la diversité culturelle de toutes les communautés. «J’appelle tous les festivaliers à la vigilance et au pardon afin que règne un climat de paix tout au long du festival», a-t-il souhaité avant de remercier tous les participants qui ont effectué le déplacement. Pour sa part, le président de la commission d’organisation du FISKO, Mamoutou Sanogo, n’a pas manqué de préciser que cette initiative vise à instaurer les relations dynamiques entre la culture, l’artisanat et le tourisme.

Toutefois, a-t-il poursuivi, notre domaine se développera grâce à l’organisation de ces genres d’événements. Le président de la commission d’organisation du FISKO a saisi l’occasion pour inviter d’autres partenaires à les soutenir davantage, car le défi de cette 1ère édition reste la mobilisation des ressources financières. «La culture est une composante du développement durable mais surtout une locomotive de croissance économique», a déclaré la représentante de la direction régionale de la culture, Maba Fatima Diallo. Elle a souligné que ce festival constitue un cadre de découverte des passages glorieux et des gènes de notre culture. La coupure du ruban et la visite des stands ont marqué la fin de la cérémonie.

Fousseyni
DIABATE
Amap-Sikasso

autho

Fousseyni Diabaté

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER