single

Un atelier de validation du projet de Stratégie intégrée de la jeunesse (SIJ) du G5 Sahel et son plan d’actions 2021-2025 se tient du 26 au 27 juillet dans un hôtel de la place. L’ouverture des travaux était présidée hier par le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Amadou Diarra Yalcouyé, en présence du représentant du G5 Sahel, Mahamadou Samaké, du président de la coordination des conseils nationaux de la jeunesse de la même organisation, Abakar Dangaye.

Lors des rencontres des ministres en charge de la jeunesse des pays membres du G5 Sahel, tenues respectivement en avril et juillet 2015 à Nouakchott, il a été décidé de mettre en place un cadre spécifique de concertation, de coopération et d’action en matière de jeunesse, de sport et d’emploi. Ensuite, la Conférence des chefs d’état des pays membres de l’organisation a souligné la nécessité de disposer d’une SIJ. Toute chose qui contribuera à l’échelle sous régionale et nationale de pouvoir s’appuyer sur une jeunesse saine, éduquée et épanouie en soutien au développement et à la quête de la sécurité.

Cette stratégie intégrée vise à créer les conditions de l’épanouissement et du développement de la jeunesse des pays du G5 Sahel. Toutefois, a précisé le représentant du G5 Sahel, la SIJ ne se substitue pas aux politiques et stratégies des pays membres. D’après Mahamadou Samaké, elle est un cadre de référence pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des politiques et stratégies pays et permet d’appuyer les pays membres dans la levée de fonds pour les politiques Jeunesse. Pour lui, la SIJ contribue à la réalisation des Objectifs du développement durable, de l’agenda 2063 de l’Union africaine , de la Charte africaine de la jeunesse…

Quant au plan d’actions, il regroupe au total 74 actions articulées autour de cinq axes stratégiques, déclinés en dix programmes. Il convient de noter qu’une part importante de ce plan est consacrée à l’axe stratégique «promotion de l’autonomisation et de l’insertion socioéconomique des jeunes».

Rappelant les contraintes, auxquelles les jeunes font face, qui sont entre autres l’insécurité, la pauvreté, le chômage, l’inadéquation de la formation et le terrorisme, le secrétaire général du ministère en charge de la Jeunesse a souligné la nécessité d’y apporter des réponses adaptées, des actions conjuguées et fortes. Amadou Diarra Yalcouyé dira que la jeunesse dans notre espace communautaire qui est parfois instrumentalisée en quête de repères, fait pourtant preuve d’une admirable résilience. Le représentant du département en charge de la Jeunesse s’est dit convaincu qu’encadrés, les jeunes constituent un formidable atout pour impulser le développement socioéconomique et culturel de nos pays et un facteur important de paix, de stabilité et de cohésion sociale.

De son côté, le président de la Coordination des conseils nationaux de la jeunesse du G5 Sahel a plaidé pour que cette rencontre puisse poser les germes des nouveaux espoirs pour la jeunesse des pays membres.

Bembablin DOUMBIA

autho

Bembablin Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER