single

Le ministre Lamine Seydou Traoré promet de trouver, entre autres, des solutions à la tension de trésorerie

La direction nationale de la Géologie et des Mines (DNGM) a tenu, hier dans ses locaux, sa session d’orientation de l’année 2021 sur le Programme pour le développement des ressources minérales (PDRM). L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré.

Il faut rappeler que le précédent conseil d’orientation du PDRM remonte à juillet 2018 au cours duquel de fortes recommandations avaient été formulées. Certaines d’entre elles ont connu un début d’exécution et d’autres pas. Le conseil ne s’est pas réuni en 2019 et 2020 du fait des mutations et de la pandémie de la Covid-19.

Cette dernière session se tient donc après des années difficiles, car le PDRM a été confronté à de nombreux problèmes, notamment le ralentissement des travaux d’exploration, le retard dans le payement des salaires et la vétusté des équipements. «Ce sont des difficultés de plusieurs années auxquelles le département doit faire face actuellement sans aucune ambigüité», a relevé le ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau.

Lamine Seydou Traoré reconnaît que le PDRM n’a pas répondu aux attentes de la population et pour relancer rapidement les activités, il promet de trouver des solutions à la tension de trésorerie, au retard dans le payement des salaires, entre autres. Et de s’engager à tout mettre en œuvre pour que le projet atteigne ses objectifs.

Le directeur de la DNGM, Cheick Fantamandy Kéita confirme que le PDRM est confronté depuis deux décennies à un problème de financement et d’acquisition d’équipements performants et adaptés, lui permettant de remplir pleinement ses missions. Selon lui, les deux machines acquises par le PDRM à travers respectivement le projet OR Bagoé et une société minière de Sadiola sont aujourd’hui vétustes.

Il a précisé que c’est seulement à partir de 2018 que le projet est parvenu à obtenir de l’État, une machine sondeuse RC et un camion grue tracteur. Le patron de la DNGM a regretté que le compte d’affectation du PDRM n’ait jamais été alimenté, ni par l’État, ni par les financements intérieurs et extérieurs ou par les contributions nationales et internationales comme le prévoit sa loi de création.

Pour sa part, le directeur du Programme, Amadou Dia, estime qu’il faut pérenniser les acquis et redynamiser le projet par le renforcement de capacités du personnel et la mise en place d’outils performants. Pour atteindre ces objectifs, il est prévu, selon le directeur du programme, un budget d’environ 255 millions de Fcfa.


Anne-Marie KEITA

autho

Anne-Marie Keïta

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER