single

L’Imads ambitionne d’initier des réformes pour les administrateurs et dirigeants sociaux

L’Institut malien des administrateurs et dirigeants sociaux (Imads) a été lancé officiellement, vendredi dernier, dans un hôtel de place à la faveur d’un dîner. La cérémonie était présidée par le secrétaire général du ministère l’économie et des Finances, Sousourou Dembélé,en présence du président du conseil d’administration, Mossadeck Bally et plusieurs membres de l’Imads. On notait aussi la présence de l’Union européenne, Bart Ouvry, des directeurs d’instituts, des banques, des responsables syndicaux et des experts, venus du Mali et d’ailleurs.pour témoigner l’importance et l’utilité de la mise en ouvre de l’Imads sur la bonne gouvernance.

L’Imads est une association qui a été créée dans notre pays par le Réseau des entreprises en Afrique de l’Ouest (Reao)-Mali et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef) pour combler le vide dans la préparation des personnes, en vue d’amener les entreprises à s’inscrire dans la quête perpétuelle de performance. Elle a ambitionne de représenter les administrateurs auprès des pouvoirs publics, d’initier des reformes qui favoriseront une meilleure administration des entreprises.

Elle reste ouverte à toutes les entrepriseset individus ayant le souci d’amélioration oul’intention de prétendre à une certification pour assumer la charge d’administrateurs indépendants.

L’adhésion à l’Association est volontaire, selon les membres de conseil d’administration. En fonction du caractère de l’entreprise, les administrateurs ont le choix d’être actifs ou membres d’honneur. Le droit d’adhésion est fixé à 50.000 Fcfaet la cotisation annuelle varie en fonction du statut de membre.Une fiche d’adhésion est disponible au niveau de son siège à Hamdallaye ACI 2000 pour s‘inscrire sur la liste des administrateurs de l’Imads.

Les initiateurs ont expliqué la pertinence de l’Imadsdans la promotion et la bonne gouvernance des entreprises. Ilpermettra aux entreprises de mettre en place un mécanisme d’une gestion efficiente en leur offrant un outil de bonne gouvernance. Il s’agit, entre autres, de la diffusion des pratiques de gouvernance d‘entreprise, de connaissance de leur environnement réglementaire par des administrateurs et dirigeants sociaux, mais aussi d’encourager les habitudes d’apprentissage, de collaboration et de professionnalisme. L’Imads se bat aussi pour mettre en place des programmes et le respectdes dispositions réglementaires de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et l’acte uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada).

Mossadeck Bally a expliqué les avantages de l’adhésion à l’association qui offre des opportunités aux administrateurs. Il a témoigné de sareconnaissance aux partenaires qui accompagnent le projet depuis les phases préliminaires.

Sousourou Dembélé a exprimé l’engagement du gouvernement à accompagner cette belle initiative en faveur de la bonne gouvernance des entreprises. Il y a un déficit de formation, a expliqué le secrétaire général, avant de réaffirmer le soutien des autorités pour la promotion des entreprises.

Le représentant de Reao, Dr Awa Diarra, a exprimé l’engagement de son institution à accompagner l’initiative.

Des responsables et partenaires ont témoigné. Zouma de la Côte d’Ivoire a partagé l’expérience de son pays. Le gouvernement ivoirien a fait un partenariat conséquent avec les administrateurs en prenant un décretrelatif aux administrateurs au niveau des entreprises. Il a aussi soutenu que 2.822 administrateurs de l’état ont bénéficie de la formation de leur structure.

«Il faut avoir un certificat d’administrateur pour sièger dans le conseil d’une entreprise», a conclu Zouma.

Les initiateurs ont lancé un appel à tous à soutenir ce projet de grande envergure pour la santé et la bonne gouvernance de nos entreprises qui peinent à prospérer.

Amadou SOW

autho

Amadou Sow

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER