single
Pour venir au secours de l'année scolaire 2019-2020 perturbée par la grève des syndicats de l'éducation signataires du 15 octobre 2016, le gouvernement avait recruté pour une durée de 6 mois 15 300 enseignants volontaires sur toute l’étendue du territoire national du Mali. Ces pédagogues qui avaient répondu à l'appel de l'État ont lancé, ce samedi 23 octobre, dans un communiqué de presse, un appel pour leur intégration à la Fonction publique de l'État ou des collectivités territoriales.


Dans ce communiqué, le président du Collectif des enseignants volontaires (CEVM), Zié Sanogo a indiqué qu'à défaut de cela, le gouvernement pourrait leur soumettre un nouveau contrat. « Pour répondre à l'appel du gouvernement de l'époque, beaucoup d’entre nous ont déserté les écoles privées, pas pour saboter ou entraver le bon déroulement de la lutte des collègues fonctionnaires mais nous avons pensé qu’il est mieux d’avoir à faire à l’Etat qu’à un particulier », a confié Zié Sanogo.


Il a ajouté que ce contrat signé par les enseignants volontaires au compte du Centre national de promotion du volontariat (CNPV) stipulait que le volontaire s’interdit d’exercer toute activité rémunérée publique ou privée. « Aujourd’hui nous sommes égarés et esseulés, nous n’avons plus de contrat avec nos écoles privées et nous sommes plus de 2000 chômeurs sortant des Écoles de formation », a-t-il regretté. Rappelons que ces enseignants avaient contribué à la sauver l'année scolaire 2019-2020.


M. DIAWARA
autho

Mohamed D. Diawara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER