single

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga, a présidé vendredi dernier, dans un hôtel de Bamako, la cérémonie d’ouverture de la rencontre ministérielle Mali-Mauritanie sur la matérialisation de la frontière. C’était en présence du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation de la République islamique de Mauritanie, qui a séjourné à Bamako du 23 au 26 février 2021. L’évènement a également enregistré la participation de plusieurs responsables administratifs et sécuritaires des deux pays.

Après les mots de bienvenue du maire de la Commune IV, le ministre mauritanien de l’Intérieur a souligné que sa visite à Bamako rentrait dans le cadre des orientations et instructions des chefs d’État, Bah N’Daw et Mohammed Ould El-Ghazouani, visant à développer les rapports entre les deux pays. Selon Mohamed Salem Ould Merzoug, cette rencontre, qui prolonge celles qui l’ont précédée, permettra de redynamiser le processus de démarcation et de matérialisation de notre frontière, dans un esprit de franche et fraternelle collaboration. «Notre ambition n’est pas d’ériger des barrières à nos échanges, mais bien de matérialiser des repères communément acceptés pour une meilleure administrabilité de nos populations», a expliqué le ministre Ould Merzoug.
Mais aussi, poursuivra-t-il, pour donner du sens et de la consistance à la notion combien importante de pays frontière, celle se fondant sur la matérialisation des limites de souveraineté exclusive, jette les bases d’une intégration de proximité. Tout en réduisant les risques de frictions et d’incompréhensions.

Les deux délégations en séance de travail

Pour lui, la matérialisation de la frontière que la sagesse nous recommande de faire, est la voie la plus sûre, pour créer des espaces de mouvance et de solidarité pour les populations des deux pays, ayant en partage presque tout. Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation indiquera que conformément aux directives des plus hautes autorités des deux pays, cette rencontre permet d’examiner plusieurs aspects. Notamment, la coopération administrative frontalière et de sécurité, l’avancement du processus de matérialisation de la frontière et les questions liées au développement socioéconomique des populations de part et d’autre de la frontière.

À ce propos, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga s’est dit convaincu que les questions sécuritaires, les difficultés socioéconomiques et les problèmes liés à la cohabitation de nos populations frontalières, ne peuvent trouver de solution que dans le cadre d’une gestion concertée. Raison pour le ministre Maïga d’exhorter la commission technique mixte à poursuivre les efforts pour la construction d’un espace frontalier fonctionnel.


Aboubacar TRAORÉ

autho

Aboubacar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER