single

Une vue des participants lors de l’ouverture des travaux

Les travaux de la commission technique mixte de matérialisation de la frontière Mali-Mauritanie se sont tenus hier dans un hôtel de Bamako. Cette réunion dont l’ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Adama Cissouma, se tient en prélude de la rencontre ministérielle Mali-Mauritanie sur la matérialisation de la frontière, prévue pour vendredi prochain. Hier, entre Maliens et Mauritaniens, les échanges ont porté sur les questions administratives et de sécurité ainsi que celles liées à la matérialisation de la frontière.

Nul doute que la tenue de cette rencontre vient réaffirmer la volonté des autorités des deux pays de faire avancer le processus de matérialisation de la frontière dans le souci de faire face aux préoccupations et attentes des populations frontalières. La coopération entre le Mali et la Mauritanie a été éprouvée depuis deux ans par des conflits souvent sanglants.

Cela a été relevé par le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation dans son intervention. Adama Cissouma a souligné qu’au moment où nous mettons en avant les questions d’intégration et de coopération transfrontalière, «nos actions doivent s’orienter plus vers le développement harmonieux des zones frontalières et la promotion de la coopération de proximité».

Pour le secrétaire général du ministère, les deux États doivent oeuvrer pour faire de leur frontière une véritable passerelle plutôt qu’une ligne de séparation entre les populations. «Elle devra être une ressource pour le bien-être des populations frontalières au lieu d’un théâtre de conflits emportant toutes les potentialités que nous avons en partage», a-t-il exhorté. Et de nourrir l’espoir que cette réunion marquera un tournant décisif dans le processus de la matérialisation de notre frontière commune dont la non démarcation reste au centre des facteurs de conflits.

Du reste, Adama Cissouma a espéré que des travaux de cette réunion sortiront des recommandation et propositions permettant, entre autres, de renforcer les relations de coopération administrative frontalière ; de proposer un tracé de la ligne frontalière porteuse de réponse aux diverses préoccupations ; de prendre en compte le fait transfrontalier dans les politiques d’aménagement du territoire des deux pays.

Rappelant l’importance de la rencontre, le directeur national des frontières, Ladji Sogoba, a soutenu qu’après le bornage de la frontière, «il faut travailler au niveau des autorités administratives, des collectivités territoriales, des opérateurs économiques et tous les intervenants autour de la frontière pour que cette cohabitation soit parfaite». Il a mis l’accent sur les échanges afin que les ressources partagées au niveau de cette frontière soient profitables à l’économie locale et à celle des deux pays.

Le chef de la délégation mauritanienne, Sidi Mohamed Abderrahmane a indiqué que cette rencontre va permettre d’évoluer en direction de la finalisation du processus de matérialisation de la frontière Mali-Mauritanie. Et, aussi, de proposer quelque chose de concret qu’ils soumettront à la rencontre ministérielle des deux pays.


Siné S. TRAORÉ

autho

Siné S. Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER