single

Pierre Buyoya n’est plus le haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (Misahel). L’ancien président burundais a démissionné de son «propre gré» de ce poste pour se défendre et ainsi laver son honneur dans l’affaire dite «assassinat du président Melchior Ndadaye» pour laquelle, il a été condamné, en octobre dernier, à la perpétuité avec d’autres personnalités de son pays (Burundi).

L’info a été donnée, hier, dans les locaux de Misahel par Pierre Buyoya, lui-même, lors d’une conférence de presse. L’ancien chef d’État burundais, qui clame son innocence dans l’assassinat du premier président démocratiquement élu au Burundi, continue de qualifier ce procès de «politique». Lequel, selon lui, a enfreint les droits élémentaires de la défense tels que prescrits par les lois burundaises et celles internationales.

D’après Pierre Buyoya, le procès de l’assassinat du président Ndadaye est vieux de 27 ans, ajoutant qu’il a été régulièrement instruit et jugé, mais surtout frappé de prescription selon la loi burundaise.

«Pour des raisons que j’ignore, les dirigeants de mon pays ont instruit la justice de rouvrir le dossier et le plus curieux est que le tribunal a dressé tout un tas d’obstacles pour nous empêcher de faire valoir nos moyens de défense», a-t-il regretté.
À ce propos, l’ancien président burundais a mis en avant le «refus d’accorder des visas à leurs avocats étrangers et de permettre aux avocats burundais d’accéder au file et celui de la greffe de réceptionner leurs dossiers d’appel». Bref, tout a été orchestré, selon lui, pour les condamner par contumace.

Cependant, il envisage de continuer à consumer de tous les moyens possibles pour faire triompher la vérité. «Je ferai appel de ma condamnation auprès des juridictions nationales et internationales», a-t-il assuré.

Coupant courtroom aux rumeurs faisant état de sa half d’une demande d’asile politique dans notre pays, Pierre Buyoya a indiqué qu’à ce jour aucune décision n’est prise à ce sujet. Et d’affirmer qu’il n’a pas encore choisi l’endroit à partir duquel il aurait le temps pour organiser sa défense.

L’ancien chef de l’État burundais a remercié les dirigeants de l’Union africaine pour leur confiance qui lui a permis de participer aux efforts de consolidation de la sécurité, de la bonne gouvernance et du développement dans la Région du Sahel. Malgré l’existence de nombreux défis dans la Région du Sahel, Pierre Buyoya estime que les autorités et les peuples de cette partie ont la capacité de faire face à la state of affairs et de bâtir une paix durable. Une conviction qu’il a nourrie de son expérience en matière de résolution des conflits à travers l’Afrique.

Bembablin Doumbia

autho

Bembablin Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER