single
Le président de la Transition Bah N’Daw est arrivé hier vers 15 heures à N’Djamena au Tchad où il prendra part aujourd’hui aux obsèques du maréchal Idriss Deby Itno, décédé le mardi dernier. Le président tchadien a succombé le mardi 20 avril dernier à des blessures reçues sur le théâtre des opérations, au cours de l’offensive menée par des rebelles.


Le Mali, le Sahel et l’Afrique toute entière perdent ainsi un homme dont les actions dans la lutte contre le terrorisme lui avaient valu le titre de ‘’gendarme du Sahel’’ selon certains observateurs.Très engagé dans cette lutte, il a envoyé sa redoutable armée ces dernières années sur plusieurs fronts contre ceux qu’il avait toujours qualifiés de « horde d'illuminés et de drogués ».


L’annonce de son décès a plongé son pays et ses amis dans un émoi total. Dans notre pays, le président Bah N’Daw a, par voie de presse, adressé au peuple tchadien, ses condoléances attristées ainsi que celles du peuple malien. Dans son message de condoléances, ila indiqué que la disparition du président Idriss Deby Itno est une lourde perte non seulement pour son pays le Tchad pour lequel il est allé jusqu’au sacrifice suprême, mais aussi pour la région sahélienne et l’Afrique.


Le chef de l’Etat ajoutera que le président Deby s’est illustré dans notre histoire récente qu’il a contribué à façonner par son engagement et sa vision d’une Afrique unie et forte.Pour témoigner des liens forts qui existent entre les deux pays que certains qualifient de liens de sang, Bah N’Daw a décrété un deuil national de trois jours le mercredi 21 avril sur toute l’étendue du territoire national en hommage au président Deby décédé le mardi 20 avril dernier.



Partenaire privilégié du Mali et de ses alliés dans la lutte contre le terrorisme dans la sous-région et au-delà, dans le Sahel, le maréchal Deby qui venait de prendre le relais de la présidence en exercice du G5 Sahel en février dernier, avait exprimé lors des travaux de la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel, sa volonté de soutenir et appuyer les forces étrangères à travers un déploiement de 1200 soldats tchadiens dans la zone des trois frontières.


Pour signifier toutesa tristesse pour sa disparition brusque, le président de la Transition avait fait observer une minute de silence à sa mémoire à l’ouverture du conseil des ministres du mercredi 21 avril.Il ne s’est pas arrêté là. Bah N’Daw est arrivé hier à N’Djamena pour partager la tristesse, l’amertume et la désolation du peuple tchadien et pour prendre part aux obsèques du défunt maréchal qui auront lieu aujourd’hui.

Lire aussi : Disparition d’Idriss Déby Itno : le Sahel orphelin du maréchal du Tchad


Quand il quittait Bamako dans la matinée, il a été accompagné à l’aéroport président Modibo Keïta de Senou par le vice-président de la Transition le colonel Assimi Goïta, accompagné du Premier ministre Moctar Ouane et de plusieurs membres du gouvernement. Et à sa descente d’avion à l’aéroport international Hassan Djamouss de N’Djamena, il a été accueilli au bas de la passerelle par le vice-président du Conseil militaire de Transition (CMT), le délégué du gouvernement près la ville de N’djamena, le maire de la ville et par l’ambassadeur du Mali au Tchad le général Sadio Gassama.


Bah N’daw est accompagné de colonel Sadio Camara, ministre de la Défense et des anciens combattants, de Dr Mahamadou Koné, ministre des Affaires religieuses et du Culte et de Zeïni Moulaye, ministres des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.


Après l’accueil et les salutations du corps constitué, les deux hautes personnalités ont eu un tête-à-tête dans le salon d’honneur du pavillon présidentiel de l’aéroport.


Au programme des obsèques d’aujourd’hui qui auront lieu à la Place de la Nation, il y aura les honneurs militaires, le dépôt de gerbes de fleurs, le mot d’un des fils du défunt chef d’Etat, les mots de remerciement de la famille. Mais aussi, le témoignage du représentant des baministes, du représentant du MPS, les témoignages des délégations étrangères.


Ensuite il y aura l’oraison funèbre qui sera faite par le vice-président du Conseil militaire de Transition, le dépôt des attributs de maréchalat sur la dépouille du défunt. Après la cérémonie protocolaire, la dépouille mortelle sera remise à la famille, ensuite la prière à la grande mosquée de N’Djamena avant que le corps soit transporté à Amdjarass où il sera inhumé dans l’intimité familiale.


Envoyé spécial
Dieudonné DIAMA
autho

Dieudonné Diama

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER