single

La Coalition citoyenne de la société civile pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale (CCSC-PURN) ne se reconnaît pas dans le projet de réorganisation de la société civile sur le document intitulé «Positionnement harmonisé de la société civile pour la refondation de l’État et une Transition réussie au Mali» dont elle prend acte.

Cependant, elle croit opportun de revenir sur le processus de mise en œuvre dudit projet, d’analyser le document de positionnement qui en a résulté avant de faire ses observations sur celui-ci.
Ces informations ont été données par les responsables de l’Association mardi dernier, à la faveur d’une conférence de presse animée par le président de la Coalition, l’ancien Premier ministre Ahmed Mohamed Ag Hamani, au siège du regroupement.

Le thème retenu portait sur : «Contribution de la Coalition citoyenne de la société civile sur le document de la Minusma intitulé (Projet d’appui à la construction d’un engagement commun des organisations de la société civile pour la Refondation de l’État et une Transition réussie au Mali)».

Selon le conférencier, la présentation et la remise officielle de cette déclaration au gouvernement de Transition représenté par le ministre chargé de la Refondation de l’État ont eu lieu le 12 mars dernier.
Le président de la CCSC-PURN a indiqué que ce projet de réorganisation de la société civile ne contribue nullement à l’unification de celle-ci. Dans la mesure où la diversité de la société civile apparaît comme un avantage pour dégager des positions différentes mais enrichissantes dans des domaines de réflexion divers.

En outre, Ahmed Mohamed Ag Hamani dira que le soutien au «régime politique de Transition» évoqué par la Minusma, ne présente aucune utilité pratique s’il ne prend pas en compte les faiblesses de celui-ci, en faisant des propositions de redressement de la situation.

Selon l’ancien Premier ministre, l’initiative d’une réorganisation éventuelle de la société civile par la Minusma qui est déjà en partenariat avec la «Coalition citoyenne de la société civile» dans le domaine de la mise en œuvre de l’Accord interpelle sur le rôle que doit jouer la Mission.
Les responsables de l’organisation entendent mener d’autres activités pour montrer à l’opinion nationale et internationale l’indépendance de la société civile.

S’agissant du soutien à la Transition, Ahmed Mohamed Ag Hamani a rappelé que dans son 5è rapport alternatif, sa structure suggère de relire la Feuille de route de la Transition de manière à ne retenir que trois points hautement prioritaires dans le contexte actuel du Mali.

Il s’agit d’engager une lutte implacable pour réduire l’insécurité et récupérer le territoire occupé, organiser le référendum constitutionnel et procéder à la relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation. S’y ajoute l’organisation des élections générales (présidentielle, législatives et sénatoriales), si le Sénat est retenu comme 2è chambre dans la Constitution révisée.


Aboubacar TRAORÉ

autho

Aboubacar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER