single

Le principe, selon la conférencière, est de proposer « un parcours gratuit vers des savoir-faire numériques »

La directrice responsabilité sociétale d'entreprise, la diversité et la solidarité du groupe Orange et la présidente déléguée de la Fondation Orange, Elizabeth Tchoungi est en visite au Mali. Aujourd'hui, elle participera à l'inauguration d'Orange Digital Center (ODC), un pilier de l'inclusion numérique, au côté du patron d'Orange Middle East-Africa (Moyen orient), Alioune N'Diaye.

Hier, Elizabeth Tchoungi a animé un point de presse pour présenter au public les programmes d'inclusion numérique d'Orange. Ils visent, selon elle, à accompagner les jeunes et les femmes vers une acculturation aux usages numériques.

En la matière, différents programmes ont été mis en place. Il s'agit de « l'École numérique » déployée dans tous les pays d'Afrique où le groupe Orange est présent. Elle permet à plus de 500.000 écoliers de bénéficier de tablettes et kits éducatifs développés avec le concours du ministère de l'éducation nationale, dont 1.001 écoles numériques avec près de 50.000 écolier(e)s bénéficiaires au Mali. S'y ajoute le programme « Village Orange ». Il vis à construire des puits pour que les filles pourraient aller à l'école afin de favoriser l'égalité homme-femme qui, selon elle, commence par la scolarisation des jeunes filles, la construction d'un centre de santé maternelle et infantile et une école équipée de tablettes.

Le programme « Maison numérique », également évoqué par Elizabeth Tchoungi, concernait les femmes en situation de précarité. Les outils numériques qui seront mis à leur disposition permettront de leur proposer des programmes d'alphabétisation, de gestion de logiciel pour qu'elles puissent créer et développer des activités génératrices de revenus.

Parlant du projet Orange Digital Center, elle a souligné qu'il est l'étendard de «notre engagement en matière d'inclusion numérique». Selon elle, les ODC sont nés en Tunisie où ils ont rencontré «un franc succès». Suite à cela, le groupe Orange a étendu le dispositif à l'ensemble de sa géographie : Moyen Orient, Afrique, Europe. Le principe, selon la directrice exécutive, est de proposer « un parcours gratuit vers des savoir-faire numériques ».

En Tunisie par exemple, 800 apprenants ont reçu de la formation et 95% d'entre eux ont trouvé un emploi local ou à l'international. Par ailleurs, l'ODC de Dakar, ouvert il y a moins d'un an, a déjà généré plus de 1.000 emplois directs ou indirects, s'est réjouie Elizabeth Tchoungi.

Au cours du point de presse, elle a annoncé la mise en place de trois applications. Il s'agit de l'application agriculture, « Senekela » qui donnera des informations majeures aux agriculteurs. L'application « Garbal », destinée aux éleveurs, permettra à ceux-ci d'avoir des informations sur les points d'eau les plus proches et les marchés grâce aux appels téléphoniques. « Sandji », elle, informera sur les recherches scientifiques.

Elizabeth Tchoungi a également annoncé la mise en place au Mali de la première ferme solaire en Afrique en partenariat avec le ministère des Mines, de l'Eau et de l'énergie, dont les conventions seront signées aujourd'hui. Ce qui permettra, selon elle, de faire fonctionner les points Orange à l'énergie renouvelable mais aussi de redistribuer le surplus aux autres consommateurs à travers le réseau d'énergie du Mali.


Oumar SANKARE

autho

Oumar Sankaré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER