single

La Cellule de planification et de statistique du secteur du développement durable (CPS/SDR) a initié, le jeudi 22 avril 2021, à l’inspection de l’élevage et de la pêche, une rencontre avec les acteurs des projets et programmes du secteur rural. Première du genre, la réunion d’échanges était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Lassine Dembélé. C’était en présence du directeur du CPS/SDR, Alkaïdi Amar Touré.

Cette rencontre de 5 jours permettra aux participants de faire le point d’exécution technique et financière des projets et programmes du secteur du développement rural, d’apprécier la qualité des biens et services produits y compris la qualité de la gestion. Il s’agit aussi de recueillir les éléments permettant de faire le point de mise en œuvre du Plan national d’investissement dans le secteur agricole (PNISA) et d’évaluer la contribution des projets et programmes à l’atteinte des objectifs du PNISA et à la mise en œuvre des engagements de Malabo. Ces engagements portent, notamment sur le financement des investissements dans l’agriculture, l’accès des petits exploitants aux services financiers et l’accès aux intrants et technologies.

Dans son allocution, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche a rappelé que le portefeuille du sous-secteur agricole comporte 95 projets et programmes au 31 décembre 2019. Sur les 134 milliards de Fcfa prévus en 2019, a-t-il précisé, les projets ont pu mobiliser 89 milliards de Fcfa, soit un taux de décaissement global de 66,4%. Lassine Dembélé a indiqué que face aux enjeux et à l’ampleur des investissements consentis pour le secteur, le suivi des projets et programmes s’avère indispensable afin de s’assurer de leur gestion efficace et efficiente ainsi que d’apporter éventuellement les mesures correctives nécessaires.En outre, le secrétaire général du département en charge de l’Agriculture a signalé que la tenue régulière de ces genres de rencontres doit contribuer à l’amélioration des performances des coordinations et subséquemment au développement du secteur agricole de notre pays. Il a rendu hommage à tous les partenaires techniques et financiers de ce secteur pour leur accompagnement et appui constants.

De son côté, le directeur du CPS/SDR dira que cette rencontre va permettre à chaque projet et programme de présenter notamment ses difficultés, l’exécution physique et financière du projet, le niveau de décaissement des fonds et de faire des propositions de solutions aux contraintes rencontrées. Rappelons que l’économie malienne repose essentiellement sur le secteur primaire qui occupe environ 80% de la population et contribue pour près de 35% au Produit intérieur brut (PIB).

MohamedD. DIAWARA

autho

Mohamed D. Diawara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER