single

Lors de la cérémonie de remise officielle du document, le chef de l’État a salué le travail abattu et rappelé le rôle indispensable de la structure dans le processus de lutte contre la corruption et la délinquance financière dans notre pays

Le Vérificateur général, Samba Alhamdou Baby, a remis hier son Rapport annuel 2020 au président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. La cérémonie officielle de remise s’est déroulée à Koulouba en présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga et de plusieurs membres du gouvernement.
Cette cérémonie est un événement majeur pour le Bureau du Vérificateur général, a rappelé Samba Alhamdou Baby.

Elle marque une année de travail d’investigations au sein de différents services publics, à l’issue desquelles une cartographie d’irrégularités a été établie et les recommandations conséquentes sont formulées, a expliqué le Vérificateur général. Samba Alhamdou Baby a exprimé toute la reconnaissance et la profonde gratitude de son équipe pour l’occasion que le président de la Transition leur offre de remplir une exigence légale prévue par l’article 18 de la loi instituant le Vérificateur général.

Avant de présenter le document, le Vérificateur général a tenu à souligner que l’exécution du programme annuel de vérification de 2020 a été largement entamée par la pandémie de Covid-19. Cette maladie a, selon lui, affecté le fonctionnement régulier des services publics. Les mesures prises pour limiter les effets de la maladie, notamment la réorganisation des horaires de travail, l’instauration du télétravail et du travail en rotation, n’ont pas permis au Bureau d’exécuter entièrement son programme annuel de vérification, a expliqué Samba Alhamdou Baby.

Ainsi, sur 33 missions programmées, le Bureau du Vérificateur général a réalisé 21 missions de vérification et une évaluation de politique publique, soit au total 22 missions qui ont concerné un service de l’Administration centrale, des services extérieurs, des organismes personnalisés, des sociétés minières et des Collectivités territoriales. Le Vérificateur général a précisé ensuite que les vérifications se répartissent en 12 vérifications financières ou de conformité, 4 vérifications de performance, 5 vérifications de suivi des recommandations. Le choix de ces 22 missions a été basé non seulement sur la traditionnelle cartographie des risques utilisée par le Bureau mais aussi sur l’importance des secteurs d’activités des entités vérifiées.

Selon lui, les missions ont couvert essentiellement six domaines : la sécurité alimentaire, les infrastructures et la sécurité routière, la gouvernance institutionnelle, le développement local, la santé, l’énergie et l’eau. Les services concernés sont l’Office des produits agricoles du Mali (OPAM), le Nouveau complexe sucrier du Kala supérieur (N-Sukala SA), l’Agence nationale de la sécurité routière (Anaser), le Fonds d’entretien routier par l’Agence d’exécution des travaux d’entretien routier (Ageroute), la Direction administrative et financière de la Primature et certains services extérieurs, la Société malienne de gestion de l’eau potable (Somagep-SA) et la société Énergie du Mali (EDM-SA).
Photo de famille des participants à la cérémonie

Trois missions de vérification de performance ont porté sur les Communes de Bougouni, Siby et Fana et deux missions de suivi des recommandations sur les communes de Koulikoro et de Baguinéda. La gouvernance et la gestion administrative du Centre hospitalier universitaire Gabriel Touré ainsi que le système de mise à disposition des médicaments de la Pharmacie populaire du Mali, audités lors de précédentes vérifications, ont fait l’objet de suivi des recommandations.

SOIF DE JUSTICE- Le Vérificateur général a indiqué que de 39 en 2019, les saisines sont passées à 48 en 2020. Treize saisines ont fait l’objet de programmation de missions de vérification, 27 ont été classées, huit sont en cours de traitement. Les saisines retenues pour la programmation d’une mission portaient notamment sur la gestion des deniers publics et la gouvernance des services publics de l’État, des Collectivités territoriales et des organismes personnalisés.

Ces différentes vérifications offrent une image peu flatteuse de la gestion des secteurs concernés. «Les vérifications financières ou de conformité ont mis en exergue des irrégularités administratives et financières. Ces irrégularités ont fait l’objet, comme à l’accoutumée, de dénonciations auprès du procureur de la République du Pôle économique et financier compétent et de transmission à la Section des comptes de la Cour suprême.

Les vérifications de performance, au nombre de quatre, ont mis en relief des faiblesses qui ont concerné la gestion d’un organisme personnalisé, la société EDM-SA, et de trois Collectivités territoriales à savoir la Commune urbaine de Bougouni et les Communes rurales de Fana et de Siby», a exposé Samba Alhamdou Baby.

S’agissant des Vérificateur de suivi des recommandations, le vérificateur général a indiqué que son Bureau a, au cours de l’année 2020, exécuté cinq missions de suivi des recommandations sur des vérifications réalisées en 2017, 2018 et 2019. Ces missions totalisent 83 recommandations sur lesquelles deux sont non applicables, a souligné le Vérificateur général.

En plus de ces vérifications, s’est réjoui Samba Alhamdou Baby, le Bureau du vérificateur général a conduit pour la première fois une évaluation de politique publique. La mission pilote a porté sur la composante «Santé et Hygiène publique» du Programme de développement socio-sanitaire – Phase III (Prodess III).

Le président de la Transition a félicité et remercié le Vérificateur général et son équipe d'experts pour le travail contraignant de toute une année dont ils viennent de lui remettre solennellement les résultats.
«En plus des autorités de la Transition, c'est tout le peuple qui est fier de votre détermination dans la documentation des irrégularités dans la gestion des services publics. Plus que le respect d'une simple tradition de remise solennelle de votre rapport annuel, votre action trouve sa signification dans les aspirations profondes du peuple malien dont le désir d'équité et la soif de justice augmentent de jour en jour», a encouragé le colonel Assimi Goïta.

Le chef de l’État a souligné le rôle indispensable du Vérificateur et de son équipe dans le processus de lutte contre la corruption et la délinquance financière dans la mesure où il constitue le point de départ de toutes les autres actions à mener dans ce sens. Conformément aux vœux du peuple malien dans sa majorité, le président de la Transition a déclaré que «nous devons honorablement mener cette lutte» afin que notre pays retrouve sa souveraineté économique et assure l'épanouissement de ses populations.


Aminata Dindi SISSOKO

autho

Aminata Dindi Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER