single

L’association apporte sa contribution aux efforts de refondation de l’État

Création d’un organe unique et indépendant de gestion des élections (Ouige) ; démarrage dans les meilleurs délais du processus de relecture de l’Accord avec la participation de tous les acteurs concernés ; accélération du retour de l’administration et de la justice dans toutes les régions et le redéploiement effectif des Forces de défense et de sécurité sont , entre autres, recommandations phares issues de la rencontre de restitution des résultats de réflexions et d’échanges autour des réformes politiques et institutionnelles organisée par l’Association des communautés de culture songhay en mouvement (IR Ganda).

À travers cette rencontre tenue à Bamako il y a une dizaine de jours, l’association entendait apporter sa contribution aux efforts de refondation de notre état. Il s’agissait également d’offrir une tribune aux cadres de « l’espace IR Ganda», d’échanger et faire des propositions pour avancer le pays. Les conclusions de ce séminaire ont été soumises aux membres et sympathisants d’IR Ganda au cours d’une rencontre organisée samedi dernier à la Maison des aînés.
Tenue sous la houlette de l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, la réunion a été riche en débats, échanges et contributions avec la participation des associations partenaires classiques. Il s’agit en l’occurrence de Tabital Pulaaku, de Ginna Dogon, du Grand forum du Mandé.

Sur la base des échanges, les recommandations au plan sécuritaire retenues ont trait à l’instauration de la confiance entre les populations et les Forces de défense et de sécurité ; à l’institution de la collaboration entre la défense civile et la sécurité communautaire qui, combinées serviront de bases pour les activités envisagées en vue d’enrayer l’insécurité et rétablir la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble. Les participants ont aussi souhaité qu’une lutte implacable contre la circulation illicite des armes soit menée.

En outre, fixer et inscrire dans la Constitution le nombre de régions au Mali ; retenir la région comme circonscription électorale pour l’élection des députés sont des points importants retenus au plan des réformes. Sur le même registre, d’autres recommandations portent sur la détermination du nombre de députés par région sur la base de la population ; l’introduction de la proportionnelle dans le mode de scrutin de l’élection des députés. En outre, figure en bonne place dans les conclusions de la réunion la possibilité de prévoir des sièges de député dans la future Assemblée nationale pour les Maliens établis à l’extérieur.

Au plan de la décentralisation et du développement économique régional, il a été retenu d’élaborer et d’adopter des politiques nationales prioritaires de développement des zones arides et semi-arides. S’y ajoutent la relance des travaux de tous les projets structurants freinés (barrage de Taoussa, routes, etc.) et l’audit des concessions attribuées relatives aux ressources naturelles stratégiques (eau, pétrole, gaz naturel, or, manganèse…).
Les autres recommandations ont touché les domaines de la santé et de l’éducation.
Nul doute que le document final qui fera l’objet d’un mémorandum servira de bréviaire pour les autorités compétentes à qui il sera bientôt remis.

M. S.

autho

Massa Sidibé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER