single

L’objectif de ces travaux est d’expliquer les choix et orientations du gouvernement aux populations

Le parachèvement du processus de la réorganisation territoriale figure en bonne place parmi les missions que la Transition a assignées au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Pour rendre ce processus inclusif et participatif afin de s’assurer de la prise en compte des attentes des populations et aboutir à un découpage consensuel, le département organise depuis hier les ateliers régionaux de restitution des conclusions des travaux de la Commission chargée de la réorganisation territoriale dans le District de Bamako et dans les chefs-lieux des régions.

Cette Commission s’est inspirée des conclusions et recommandations des concertations de 2018 et des travaux de l’équipe de consultants commandités par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation. L’objectif général de ces assises de deux jours est d’expliquer les choix et orientations du gouvernement aux populations afin de recueillir leurs recommandations éventuelles.

L’ouverture de l’atelier de restitution des travaux concernant la capitale a été présidée par le gouverneur du District de Bamako, Baye Konaté. C’était en présence des représentants du département en charge de l’Administration territoriale, ceux des organisations de la société civile, des autorités administratives, coutumières et traditionnelles.

Il ressort des explications fournies au cours de la rencontre que le District de Bamako devrait avoir six arrondissements en lieu et place des communes avec 99 quartiers, contre 67 actuellement. Ainsi, le premier arrondissement aura 22 quartiers, le deuxième 14, le troisième 20, le quatrième 10, le cinquième 17 et le sixième 16.

Rappelant le nombre de communes et de quartiers du district, Baye Konaté a signalé que la complexité et la multiplicité des attributions dévolues au gouverneur de la capitale ne lui permettent pas de fournir à souhait des services de qualité aux communes, aux services techniques déconcentrés et aux usagers du service public. «Le District de Bamako est une enclave dans le Cercle de Kati. Les communes du District de Bamako et certaines communes du Cercle de Kati ne connaissent plus de frontières», a fait remarquer le gouverneur.

Il a en outre regretté le fait que les besoins sociaux de base d’une grande partie des populations des communes du Cercle de Kati sont assurés par des services sociaux de base du District de Bamako. Mais aussi, le fait que la cité des Trois caïmans ne dispose désormais d’aucune réserve foncière.

Au regard de tout cela, la conférence régionale pour la réorganisation du territoire tenue en novembre 2018 avait vivement souhaité la création d’un second niveau de déconcentration et l’élargissement des limites du district par l’annexion de certaines communes du Cercle de Kati totalement intégrées dans la capitale. Le gouverneur du District de Bamako a par ailleurs précisé qu’au cours des travaux, aucune nouvelle création de région et de commune ne sera proposée.

« Il sera toutefois possible de proposer des modifications de rattachement des entités administratives de base (quartier) à une commune. Il est aussi autorisé de proposer des modifications liées à l’orthographe y compris les noms des circonscriptions administratives, des collectivités territoriales et des entités administratives de base», a-t-il indiqué.

Bembablin DOUMBIA

autho

Bembablin Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER