single

Le président du Conseil régional, Yaya Bamba signe l’acte de transfert

Les villages de Zanférébougou (Commune de Zanférébougou, Cercle de Sikasso), Néguela (Commune de Kolosso, Cercle de Kolondièba) et Garalo (Cercle de Bougouni) sont les heureux bénéficiaires d’infrastructures cédées par le Conseil régional de Sikasso. L’acte a été scellé mardi dernier, à travers la signature des conventions de transfert des deux aménagements hydro agricoles de Zanférébougou, de Néguela et de l’unité de transformation de la noix de cajou de Garalo.
La cérémonie était présidée par le président du conseil régional, Yaya Bamba, en présence des maires des trois communes rurales bénéficiaires : Pornon Bayoko de Zanférébougou, M’Piè Koné de Kolosso et Youssouf Kanté de Garalo. L’évènement a aussi regroupé les autorités administratives et les représentants des services techniques de la 3è région. Le projet en question a été financé par l’Union européenne (UE) et la maîtrise d’ouvrage assurée par le conseil régional. Le coût total de ces réalisations s’élève à plus de 872 millions de FCFA pour une durée de 3 ans (prolongée de 6 mois).

L’aménagement hydro agricole de Néguéla couvre une superficie de 260 hectares pour 300 exploitants, celui de Zanférébougou est de 35 hectares pour 120 exploitants. En ce qui concerne l’unité de transformation de la noix de cajou de Garalo, celle-ci s’étend sur une superficie de 2 hectares.
Le président du conseil régional, Yaya Bamba, a rappelé que sa structure avait soumis un dossier qui portait sur les réalisations. «Cette cérémonie est donc l’aboutissement d’une animation sociale de longue haleine. Ce, en vue de garantir l’appropriation et la rentabilisation des investissement réalisés», a déclaré Yaya Bamba. à travers cet évènement, indique-t-il, ma structure transférera les infrastructures aux communes concernées. Celles-ci à leur tour, confieront à travers des contrats d’affermage l’exploitation de ces investissements à des structures qui verseront aux communes des redevances. Ces dernières verseront 5% du montant perçu comme redevance au conseil régional.

Par ailleurs, Yaya Bamba a rappelé la vision de sa structure dans le cadre du développement de Sikasso à l’horizon 2035 à savoir «Faire de la Région de Sikasso, une grande mégalopole ouest-africaine, dont l’économie moderne, compétitive et diversifiée, fondée surtout sur l’agroforesterie, constitue un facteur de stabilité sociale et d’ouverture vers des espaces sous-régionaux et internationaux plus dynamiques avec comme plaque tournante le nouveau district de Sikasso». Pour réaliser ce rêve, le conseil régional s’est fixé un certain nombre d’orientations stratégiques. Il s’agit, entre autres, de la promotion d’une gestion durable des ressources naturelles, du renforcement des capacités humaines par un plus grand accès aux services sociaux de base et la promotion d’une économie régionale performante.

Les communes bénéficiaires ont déclaré être très fières de ces infrastructures. Elles ont chacune, promis de faire bon usage des investissements. En termes d’entretien des aménagements hydro agricoles, les communes bénéficiaires ont une idée de la clé de répartition des charges. Ainsi, le maire de Kolosso a souligné que c’est la coopérative de la localité qui fera face aux petites réparations (60%) des investissements, les grandes réparations (40%) relèvent de la responsabilité de la commune. Dans ces 40%, la part du Conseil de cercle est de 5%. Le même pourcentage est à retenir pour le Conseil régional. Côté Zanférébougou, le maire a affirmé que chez lui, chaque exploitant des parcelles paiera 1.000 Fcfa. Les 70% de la réparation reviendront au comité, les 25% reviennent à la mairie et les 5% seront payés par le Conseil régional. Le maire de Garalo, affirme lui aussi qu’en matière de réparation de l’unité de transformation de la noix de cajou, les dépenses seront partagées entre la mairie, les GIE et le Conseil régional.

Mariam F. DIABATÉ
Amap-Sikasso

autho

Mariam F. Diabaté

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER