single

Le Centre d’étude et de réflexion au Mali (Cerm) organise, les 23 et 24 novembre dans un hôtel de Bamako, un colloque sous le thème : «Un dialogue social renouvelé et davantage inclusif pour des solutions durables aux préoccupations du monde du travail».

Cette rencontre de deux jours, qui regroupe des syndicats de travailleurs et organisations de la société civile, a pour objectif général de proposer des pistes pour un dialogue social mieux structuré, approfondi et plus inclusif. Cela, en vue de répondre aux préoccupations des acteurs du monde du travail et favoriser la marche vers le progrès social et économique du Mali.

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le représentant du Cerm, Amadou Diop. Elle a enregistré la présence du représentant résident de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES), Christian Klatt et d’autres invités.

La Fondation allemande FES est une structure qui accompagne notre pays depuis 1970. Selon son représentant, les résultats collectés durant ce colloque seront partagés avec le gouvernement. Christian Klatt a souligné que les syndicats sont des acteurs clés dans le processus de dialogue social.

Aussi, la recherche de la sécurité, de la paix et de la réconciliation est une part importante du dialogue social, indispensable pour la stabilité de la société. «Si tout le monde d’une même société est au même niveau et d’accord avec le développement, on peut vraiment avoir la paix, la sécurité et la stabilité», a laissé entendre le représentant résident de la FES.

De son côté, le représentant du Cerm a rappelé que le Centre a été créé en 2015. C’est un espace de débat, de dialogue et de propositions. Selon Amadou Diop, notre pays est depuis un certain temps à la croisée des chemins, sur tous les plans y compris sur le plan social. «Nous souhaitons vivement que nous sortions de cet état de tension permanente entre acteurs politiques, entre citoyens et État, entre notre pays et d’autres et pour le cas qui nous occupe entre les acteurs sociaux », a précisé le représentant du Cerm.

Amadou Diop a confirmé que l’objectif du colloque est de proposer des pistes pour un dialogue social mieux structuré et plus inclusif en vue de répondre aux préoccupations des acteurs du monde du travail. Plus globalement, il s’agit de conforter la marche de notre pays vers le progrès social et économique.

Cet objectif, selon Amadou Diop, ne peut être atteint «sans écouter et comprendre davantage la voix des principaux acteurs, à savoir patronat, syndicat et État ». Cependant, a-t-il signalé, il ne s’agit pas pour le Centre de réaliser un dialogue social, parce que « nous n’avons ni la légitimé ni la compétence. Et comme chacun de nous le sait, cela concerne exclusivement les trois acteurs cités plus haut».



Mariétou KOITÉ

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER