single
L’accord offre une connectivité sécurisée vers l’international depuis les pays de l’OMVS

La commercialisation des infrastructures alternatives de télécommunications transnationales est désormais une réalité en Afrique de l’Ouest. Pour la concrétisation de cette ambition, la Société de gestion de l’énergie de Manatali (Sogem) de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et le consortium Envol Technology-Sonatel ont signé samedi dernier, une conventiondans un hôtel de la place. Les documents ont été paraphés par le Haut-commissaire de l’OMVS, Hamed Diané Séméga et le secrétaire général d’Envol Technology, Harouna Diakité. C’était en présence du ministre de la Communication et de l’économie numérique, Dr Hamadoun Touré et du secrétaire général du ministère des Mines, de l’énergie et de l’Eau, Moussa Cissé.

L’aboutissement de ce partenariat public-privé se traduira par la mise en œuvre du projet de développement du Câble de garde en fibre optique (CGFO), un programme prioritaire des télécommunications de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Il vise le développement d’une infrastructure régionale de télécommunication moderne, fiable à très haut débit. Ainsi, cet accord permettra de faciliter l’accès à Internet des usagers des états membres de l’OMVS, tant en terme tarifaire que de maillage territorial.

Pour y arriver, a expliqué le secrétaire général d’Envol Technology, cette infrastructure s’appuie sur un réseau de fibres optiques terrestres, couplé à des câbles sous-marins. Cela offre une connectivité sécurisée vers l’international depuis les pays de l’OMVS, à savoir le Mali, la Mauritanie, le Sénégal et la Guinée, a ajouté Harouna Diakité. à ce titre, «ce réseau constitue un apport de croissance de l’Internet dans la région en soutenant l’écosystème Tic par l’égalité d’accès entre les pays. Il stimulera l’économie numérique en répondant aux besoins de connectivité et d’augmentation du trafic dans la sous-région», a souligné le secrétaire général d’Envol Technology. Il a remercié la Sogem pour la confiance placée en sa société. Il a aussi remercié le Haut-commissariat et les autorités des pays membres de l’OMVS pour leur accompagnement indéfectible dans la réalisation de ce projet.

Pour sa part, le Haut-commissaire de l’OMVSa expliqué que la capacité excédentaire disponible sur le réseau de Câble de garde à fibre optique (CGFO) de la Sogem permettra de connecter différents pays d’Afrique de l’Ouest entre eux et avec d’autres pays, et en particulier avec les câbles sous-marins de la côte ouest-africaine.

«Ces investissements de l’OMVS représentent une formidable opportunité et des enjeux importants pour contribuer au développement du secteur des télécommunications dans nos pays», a révélé Hamed Diané Séméga. Il a exhorté tous à travailler en prenant en compte les orientations données par la Conférence des chefs d’états et le Conseil des ministres de l’OMVS. Dont la finalité est, selon lui, d’avoir un meilleur accès à la connectivité pour le maximum de citoyens de l’espace OMVS auxprix le plus bas possible.

Hamed Diané Séméga a rappelé que l’OMVS est un instrument privilégié de coopération exemplaire entre la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal dont l’objectif général est de contribuer de manière significative au développement économique et social des quatre états membres.

Outre les projets en cours relatifs à la construction d’ouvrages hydroélectriques de troisième génération dans le haut bassin en Guinée, le Haut-commissaire de l’OMVS a parlé du projet de navigation fluviale qui permettra, très prochainement, de faire la liaison entre Saint-Louis du Sénégal à Ambidédi au Mali.

Makan SISSOKO

autho

Makan Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER