single

La révision constitutionnelle est «une nécessité absolue et incontournable», selon le parti

L’Union malienne du Rassemblement démocratique africain (UM-RDA Faso Jigi) a organisé, samedi dernier dans un hôtel de la place, sa deuxième conférence nationale à l’issue de laquelle les participants ont engagé le bureau politique national (BPN) et tous les militants du parti à soutenir les autorités de la Transition dans la mise en œuvre de sa feuille de route. La conférence nationale a aussi encouragé et recommandé au BPN d’entreprendre toutes actions permettant de réunir la «grande famille RDA». Elle a aussi donné mandat à la direction du parti quant à la conduite à tenir pour l’élection présidentielle de 2022.

L’ouverture de cette rencontre était présidée par le président de l’UM-RDA, El Hadji Baba Haïdara, en présence des cadres de la formation et des présidents des partis amis, notamment Dr Bokary Tréta du RPM (Rassemblement pour le Mali) et Housseini AmionGuindo de la Codem (Convergence pour le développement du Mali).

Les articles 17 et 18 des statuts de l’UM-RDA stipulent qu’entre deux congrès, il doit être tenu une conférence nationale comme instance suprême du parti, sur convocation du BPN. Les pouvoirs assignés par les textes à la conférence sont, entre autres, le contrôle de l’activité du bureau politique, le pouvoir de sanctions, la redéfinition du programme et des orientations du parti ainsi que l’analyse des questions d’intérêt national.

Actualité oblige, le président de l’UM-RDA a, dans son discours d’ouverture, évoqué la difficile situation sociopolitique que connaît le Mali en ce moment. Pour El Hadji Baba Haïdara, il est urgent que le peuple malien, ses hommes et femmes politiques, ses forces de défense et de sécurité, sa société civile se ressaisissent. Ce, afin de trouver les « solutions apaisées, consensuelles et durables pour éviter à notre pays ce cycle d’instabilité politique et institutionnelle ».

Parlant d’une relecture consensuelle de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, le leader politique a signalé que sa formation est favorable à cette initiative «allant dans le sens défini par le Dialogue national inclusif et les Concertations nationales».

Pour ce qui est de la révision constitutionnelle, il a souligné que cela est « une nécessité absolue et incontournable », ajoutant qu’il est important que les autorités de la Transition inscrivent cette initiative dans les projets prioritaires et urgents, avant la fin du délai restant. Il en est de même de la mise en place de l’Organe unique de gestion des élections.

El Hadji Baba Haïdara a, par ailleurs, lancé un appel à la communauté internationale pour lever les sanctions contre notre pays. Il a également invité les institutions financières et les partenaires internationaux à revoir leurs décisions qui sont une cause de « souffrances supplémentaires pour le peuple dont la résilience légendaire est mise à rude épreuve».

Le président de l’UM-RDA n’a pas manqué de réaffirmer l’accompagnement de son parti à la Transition dans les conditions du respect du délai, de l’amélioration de la sécurité du pays et de l’organisation des élections crédibles et transparentes dans le calendrier prévu.

Bembablin DOUMBIA

autho

Bembablin Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER